• Accueil
  • > Recherche : run and trail

Résultats de votre recherche

La raisin d’or: la sauternaise (33)

Posté par mescourses le 26 novembre 2022

Sauternes, le 12 novembre

  • 25km 260+ nature
  • Départ 10h

6 jours après mon 10km des quais de bordeaux, je reste dans la coin et direction Sauternes. Pas pour son vin cette fois-ci, mais pour son évènement : la raisin d’or. Plusieurs épreuves de CAP et de VTT. Pour ma part, ça sera l’épreuve reine, le 25km. 2 petites sorties dans la semaine histoire de reposer mes tendons et me voilà fin prêt pour en découdre et représenter au mieux les Cévennes. Dossard récupéré la veille, juste à m’échauffer et savoir quelle tenue mettre cette fois-ci. J’opte pour du court et je me présente sur la ligne de départ. Petit briefing puis c’est le départ. Placé dans les premières lignes, je prends un départ rapide pour me placer au mieux. Malgré la météo idéale, le terrain est gras. Parti avec des runnings au pied sur conseil de l’organisation après avoir posé la question, j’espère ne pas le regretter car en début de parcours c’est galère. Pas du tout approprié. Bref, on verra bien. Placé dans les 15 premiers, les kilos défilent et le terrain reste le même. Obligé de forcer pour tenir mon rythme. Même si le sol est sec, c’est très difficile entre terre et herbe haute.

tracé la sauternaise

Km4.5 passage au château La tour blanche. 1km plus tard, je longe un cours d’eau, le ciron sur près d1km. Je grappille quelques places au grès des bosses. Je me rapproche du top 10. Petit retour à la civilisation vers le 8eme lorsque je foule le bitume de Pujols/ciron. Puis passé l’église j’attaque une portion en forêt. C’est reparti pour une belle galère vu le terrain. Le cadre est toujours aussi magnifique, ça compense lol. Je suis, à quelques mètres derrière un couleur, je me calque sur lui pour garder un bon rythme. Personne derrière. Passé le 10eme, mon prédécesseur trace tout droit et rate la bifurque. Je lui signale et on se retrouve ensemble pour quitter ce chemin et s’enfoncer dans la forêt. Encore du monotrace et on a droit aux zones sableuses, manqué plus que ca…. Je ne suis pas du tout  équipé pour ça ….. Je mène l’allure mais je sais pertinemment que je serai dans le rouge bien avant l’arrivée. Je vais payer tout ça .

A mi-parcours, on franchit l’autoroute sous le pont et on en profiter pour passer de l’autre côté du Ciron. On retrouve alors les vignes et un terrain plus roulant. Mon partenaire du moment me confirme qu’on en avait fini avec la portion trail. Je reprends une foulée plus sereine mais je sens bien que je peux pas accélérer pou tenir mon 4’15 au kilo de moyenne. Au 14eme on récupère un coureur. Il s’accroche et fait une petite partie avec nous. Je perds quelques mètres sur eux mais je reste au contact. Puis un peu plus tard, le coureur en difficulté lâche à son tour et je le passe à mon tour. Les kilos passent et galère de plus en plus. Le terrain est très roulant mais surtout en faux-plat ce qui me facilite pas les choses lol. 16eme kilo passage au château Suduiraut. J’ai de plus en plus de mal, contraint de baisser l’allure. Les faux-plats me paraissent des ascensions lol. Passage au château Lafaurie-Peyraguey puis au 19eme, château de Rayne Vigneau.

sauternaise

20eme km, on tombe sur le retour des autres parcours, le 14 et 9km. Bien sûr il s’agit du fond de classement, je suis plus rapide et du coup ça remonte le moral de doubler du monde. Rien de vraiment plat, tout en relance, dur dur, il me tarde d’en finir. 23eme kilo on arrive enfin, une petite boucle encore vallonnée de 700m dans le parc du château Filhot et j’en termine. 1 km de moins qu’annoncé, ça me va je vais pas m’en plaindre lol. Résultats en direct sur grand écran, 8eme scratch et 1er de catégorie, 1h46 pour ces 24km. Mais que ce fut laborieux sur ces 6 deniers kilomètres… parti trop vite , sur-regime durant la première partie, très mauvais choix de chaussures, la totale. Quelques jours de repos s’imposent. En tout cas, content de moi pour cette parenthèse girondine.

profil sauterne

Publié dans 21 à 41 km, Gironde | Pas de Commentaires »

10km des quais de Bordeaux (33)

Posté par mescourses le 10 novembre 2022

Bordeaux, le 6 novembre

  • 10km qualificatifs
  • Départ 10h

tracé bordeaux

Après un mois d’arrêt forcé des compétitions pour diverses raisons, me voici prêt à en découdre. Semaine en famille dans la région bordelaise, 2 courses au programme. Pour débuter, j ai opté pour les 10km des quais de bordeaux. Course qualificative pour les France 2023, plus de 4000 coureurs (avec la course en relais) inscrits. Naturellement, le podium pour moi est inaccessible, je viens juste me tester sur cette distance sur mes acquis en visant sous les 37’ soit 3’41 au kilo. Tout est bien organisé, des consignes pour laisser nos affaires, des stands bien délimités, des sas différents avec départ par vagues. Après un échauffement classique, je rentre dans le 1er sas, celui des – de 40’. La vague suivante parties 3’ plus tard avec les relais. Je connais les lieux donc je ne profiterai pas du paysage, les yeux fixés droit devant, concentré sur l’allure.

Le départ est lancé, quelques secondes pour franchir l’Arche et me voilà parti pour 37’ d’effort intense. Il me faudra au moins 300m pour arriver à prendre l’allure voulue. Beaucoup de coureurs dans ce premier sas. Les quais sont très larges, adaptés sans problème pour ce type d’épreuve et son nombre de coureurs. Le temps est quasi parfait, un peu frais par l’humidité, mais ça va. J’ai opté quand même pour du long mais une seule couche, avec des gants. Je remonte vite les manches. J’avais le premier kilo en 3’39  car fallait reprendre le temps perdu au départ. Parti à proximité du miroir d’eau, direction la cité du vin. 2eme kilo en 3’42. Juste avant le 3eme, on franchit la Garonne par le pont Chaban Delmas, on y fait une partie de notre dénivelé. Ces virages à 90 et 180° cassent bien le rythme, 4 secondes de perdues.

quais bdx

De l’autre côté du fleuve, l’environnement n est pas le même, moins …. touristique on va dire. File interminable de coureurs, chacun ayant pris son rythme, on ne gagne ou ne perd pas beaucoup de place, et de toute manière on ne lutte que contre soi-même à notre niveau. Je passe la mi-course une fois rentré dans le parc aux angéliques. Courir dans cadre de verdure est sympa surtout en pleine ville. Puis on retrouve les bords de Garonne 500m plus loin, les premières grappes de spectateurs se dévoilent. 6eme kilo à l’allure souhaitée, 3’42 de moyenne, ça va être compliqué mais bon …. Un nouveau 180° puis un 45 pour passer le pont de Pierre afin de franchir une 2eme fois le fleuve sous les ovations des spectateurs venus en masse. Puis direction le parc des sports Saint-Michel pour y faire un aller retour. Encore 2 km, je tiens ce 3’42 et je graterai des secondes sur le dernier kilo. Un dernier effort, demi tour pour revenir sur les quais de départ pour la dernière ligne droite. On longe le miroir d’eau et j’en termine. 37’09 à ma montre, mais il y a 90 mètres de plus ! Très important lol. Ces mètres supplémentaires peuvent être vraiment pénalisants pour ceux qui veulent se qualifier. Exemple pour moi, fallait que je fasse 37 minutes max, du coup avec mes 37’09 c’est raté alors que strava m’indique que j’ai fait 36’51 sur les 10km. 17 secondes sur 90 mètres c’est cohérent. Le problème de ces distances de qualification.

En tout cas, objectif perso atteint, 3’41 au kilo, sans entraînement spécifique. Samedi je remets ça, sur un tout autre format, le 25km de la raisin d’or à Sauternes. 260+ seulement donc encore de la vitesse, parfait pour continuer à la travailler.

quais bdx2

Publié dans 10 à 20 km, Gironde | Pas de Commentaires »

Trail des carrières de Beaulieu (34)

Posté par mescourses le 8 octobre 2022

Beaulieu, le 2 octobre 2022

  • 16km 250+
  • Départ 9h45

2° édition et 2° participation pour ce trail des carrières de Beaulieu. L’année dernière j’ai terminé 8° en 1h16 et 1er de ma catégorie (Master 1), cette année le but sera de faire mieux bien sûr. En pleine forme, la dynamique est excellente, tout est réuni pour signer mon 8° podium consécutif. Nous sommes une grosse centaine sur ce 16km, une dizaine de M2 à priori (à la préinscription), donc faudra pas trainer. Echauffement classique de 30’ et place sous l’arche. Je me place en 1ère ligne, finie la tactique de la remontada, désormais je joue avec les grands. 2 féminines à mes côtés dont une que je ne connais pas du tout et qui à l’air très affutée. C’est parti ! Un petit kilomètre  en faux-plat  très large (route puis chemin) qui permet de se placer au fil des mètres puis on attaque les choses sérieuses en rentrant dans le sous-bois. 11°, 9° puis 7° je me place assez vite à l’affut. Nous sommes un petit groupe étiré.

beaulieu tracé

Comme dans mes souvenirs (pas si lointains), aucun répit, sentier technique de part son revêtement par moment et surtout de sa configuration tortueuse. Pas de ligne droite, pas de zone dégagée, un vrai trail. Il n’y a pas de montée à proprement parlé, uniquement des coups de culs de quelques mètres qui cassent le rythme. C’est ce qui fait sa difficulté. Dans ma tête décortique le tracé en 3 parties de 5km. Première partie je suis sagement voir ce que ça donne, si le rythme me convient et surtout mon classement. Les 5 suivants je passerai devant en appuyant voir si ça suit et les 5 derniers on gère. Ca, c’est sur le papier. Effectivement, dans le 4° kilo, mon prédécesseur perd mètre après mètre, du coup je le passe puis j’accélère pour accrocher les 2 de devant dont une féminine. On enchaîne les kilos à 3 puis je me place entre les 2 car c’est la féminine qui mène la danse à un rythme impressionnant. C’est elle qui faut suivre, c’est du costaud.

Puis assez rapidement on prend mètre après mètre sur notre compère du moment. On se retrouve à  2 désormais. Le rythme me convient, si elle accélère je ne suivrai pas longtemps c’est certain, sinon je risque de craquer et de tout perdre. Je la suis mais je ne peux pas prendre de relais. D’un autre côté elle n’a pas l’air d’en avoir besoin, elle parait tellement facile. On attaque les 5 derniers kilo. Quel régal ce cadre, on est en immersion totale. Par moment faut vraiment être attentif car on peut vite douter de la trace si on rate de visu le balisage. Chose qui nous arrive au 11°kilomètre. Gros doute, on se sépare pour retrouver la trace. Chose faite après de longues secondes. Notre poursuivant remonte sur nous, donc on repart de plus belle pour reprendre de la marge. Toujours dans l’incapacité de prendre les rênes. J’ai pris les gourdes avec moi pour ne pas perdre de temps inutile au ravito. Et en buvant un coup vers le 12°, ma cheville droite (toujours la même) se dérobe sous une caillasse. Légère torsion, ça boîte, du coup je lui dis que je peux plus suivre.

Trail des carrières de Beaulieu (34)
Album : Trail des carrières de Beaulieu (34)
02 octobre 2022
9 images
Voir l'album
 

Heureusement le terrain s’assagit ce qui me permet de retrouver  un peu le rythme sans prendre trop de risque. Plus que 3 bornes, je reviens à distance de la féminine mais je ne peux pas raccrocher. Personne derrière c’est là l’essentiel. Cette fin de parcours n’en finit pas lol, je suis un peu en sur-régime mais je m’accroche. On sort de ces sous-bois somptueux pour retrouver un chemin large type DFCI. Et à la bifurque je vois 2 coureurs passés devant, venant d’une autre direction !! Erreur de parcours pour eux, à savoir combien y en a avant !? Je récupère dans la descente le 2° coureur, on échange un peu et effectivement ils se sont trompés, plus d’un kilomètre de moins. Je reprends le rythme pour en finir et couper a ligne en 1h12m40 pour 16.1 km. Très belle amélioration par rapport à l’année dernière. Classé 5° mais après de nombreuses minutes (1 heure) dé vérification de la part de l’organisation, je suis finalement classé 4° derrière la féminine et donc bien entendu 1er de ma catégorie. Grosse satisfaction une nouvelle fois. 16km à ce rythme (4’31 au kilo) vu le terrain compliqué, très bonne séance. 2 jours de récupe puis je reprends mes séances et samedi les foulées de la montagnette de Ribaute les Taverne avec ses 10.4km. Encore une séance de vitesse pure en perspective.

beaulieu profil

Publié dans 10 à 20 km, Herault | Pas de Commentaires »

Semi maratohn des vendanges (34)

Posté par mescourses le 23 septembre 2022

 

Teyran, le 18/10/2022

  • Semi marathon
  • Départ 10h

tracé teyranFB_IMG_1663621558351

3° week end de compétition et fin de ma 2° semaine de préparation. Après ma victoire à St-Mamert, je me présente à Teyran pour m’aligner sur un semi marathon. 40° édition, la première pour moi. Je ne sais pas trop à quoi m’attendre. Un peu plus de 200+ à priori, le revêtement, je n’en ai aucune idée. Je pense faire une sortie longue et me brider à 4’40 au kilo, en espérant m’y tenir et ne pas vouloir faire plus …. Finies les chaleurs, temps frisquet mais dès que le soleil se pointe, aucune hésitation, débardeur. Un bon échauffement et je rejoins l’arche de départ. Je me place en 2° ligne pour ne pas être gêné.

Et c’est parti ! Environ 300 coureurs probablement, c’est pour ça qu’il était important de se placer devant. Comme beaucoup, j’ai repéré le premier kilomètre. Route de campagne suffisamment large, bitume. Placé dans les 30 ou 40, comme souvent il faudra un certain temps pour que les places se figent. L’allure est élevée histoire de ne pas prendre le bouillon quand même, je suis la première féminine (je pense). Un peu avant le 2°km on attaque une piste, une belle bosse se présente, avec les chaussures running ça patine un peu mais ça passe malgré les caillasses. Toujours à l’aise dans ce domaine, j’en profite pour grappiller des places. Pas vraiment à l’aise sur ce terrain avec mes chaussures, ca va durer 3 km, gaffe aux chevilles surtout !! Les places sont faites, tout le monde trouve son allure. 2 coureurs m’ont déjà repassé sur les parties descendantes.

FB_IMG_1663675134963

Je récupère le bitume, ca va aller mieux du coup. J’attaque une bonne partie de plat. Je cour au feeling, l’allure moyenne descend à 4’21. Je ne  force pas, cette allure me convient parfaitement. Je profite même du « paysage ». Quelques pistes par moment, mais sans problème pour les chevilles. Au fil des minutes je me retrouve en chasse patate, je gère l’allure vis-à-vis des coureurs me précédant. Un ravito tous les 5km mais sans gobelet, du coup j’ai ce qu’il faut sur moi, donc aucun arrêt. Passé la mi-course, tout va bien, très bien même. Ca me démange, je remonte mètre après mètre tout en gardant mon allure, restant encore 10km, ça me donne des idées et je sens que je ne vais pas rester dans les clous.

Screenshot_20220921_081921

12° km, je raccroche à un groupe au pied de la 2° « difficulté », je garde l’allure et les fait « sauter » de suite. Plus de 5 mois à travailler le trail court avec D+, ça paye forcément. Un bon petit mur (quand on fait du plat) suivi d’une descente du même style. On traverse une … zone humide avec  de part et d’autre 2 manières différentes de la franchir. Sans connaitre la profondeur, pas de risque j’opte pour les plots. Bien sûr le coureur me précédant à la bonne idée de perdre l’équilibre lol Un petit moment atypique qui nous change de la routine. Retour sur le bitume et direction un DFCI bordé de pins (enfin … de mémoire il me semble lol). Une belle montée régulière assez longue, parfait pour moi. Là par contre j’envoie ce qu’il faut pour faire la différence, beaucoup de coureurs en vu, y a quelque chose à faire au général. 5 coureurs à la trappe une fois au sommet, un 6° qui s’arrête au ravito du 15°km et j’attaque avec 3 coureurs une descente en monotrace. J’en profite pour récupérer un peu quand même. Après je vais relancer.

FB_IMG_1663674648361

On traverse la route et retour dans la nature. Je prends la poudre d’escampette, ça ne suit pas, j’augmente l’allure sur ces 3 derniers km. Je reprends le coureur qui m’avait lâché au 6°km. Avant le 19° on retrouve le bitume en rentrant en « ville ». 4 coureurs devant, et pas impossible qu’il y ait du M2 à priori. On remonte sur eux par le biais d’une descente. On prend les devants, je le suis. Un des 4 essaie de prendre le train en marche mais n’y arrive pas. Un virage puis une belle côte se dresse devant nous ! Ca ne pouvait pas mieux tomber. Je passe devant et prends des mètres d’avance, faut montrer qui est le plus fort et qu’il est inutile de luter, la force psychologique, tout n’est pas que dans les muscles. Je relance une fois en haut avec en vu un autre coureur. Encore une bosse, parfait ! Même combat, même issue, et une fois franchie je relance car on fond sur l’arrivée. Il m’encourage et me dit qu’il est cuit, mais dans le doute j’enfonce le clou, on sait jamais ! Plus personne devant, plus qu’à gérer, enfin …. à dérouler à fond pour éviter un retour et je franchis la ligne !!

Screenshot_20220921_081852

Je n’ai pas su me contenir, j’espère ne pas le payer encore la semaine avec mes tendons. J’espère quand même accrocher la catégorie histoire de ne pas avoir fait tout ça pour rien. Résultats en live sur le net, 13° scratch et 2° de catégorie ! 3 M2 passés sur cette fin, finalement ça a payé ! Content de l’allure sur ce semi très vallonné, je dois pouvoir faire bien mieux sur du plat, ça peut se tenter un jour. Pas de récompense podium vu que le 1er M2 finit 6° (5’30 devant quand même !!). 2 jours de repos pour les tendons et dimanche prochain 10km de Boisset et Gaujac avec du beau monde car course inscrite au challenge alésien !

FB_IMG_1663748032498

profil teyran

Publié dans 21 à 41 km, Herault | Pas de Commentaires »

La ronde des vendanges (30)

Posté par mescourses le 11 septembre 2022

Saint-Mamert du Gard, le 11/09/2022

  • Course nature de 12km 150+
  • Départ 17h30

Fin de ma première semaine de préparation au marathon de Camargue, fractionné court puis long, je termine avec cette course locale nature. Après 3 ans d’absence, la ronde des vendanges revient au calendrier des courses hors stade. Week-end chargé avec principalement le trail cévenol, malheureusement je pense qu’il n’y aura pas grand monde de présent. La chaleur est présente même si les températures ont bien baissé, ciel légèrement nuageux, parcours en sous-bois à plusieurs reprise, on est prêt à en découdre. 48 préinscrits et pas plus de monde en arrivant sur place. Mes craintes se confirment lors de mon échauffement, si on est une dizaine à arpenter les rues du village c’est le bout du monde … Je me place en première ligne avec en tête la même tactique que dimanche dernier, partir très vite pour rester au contact de la tête et les jauger lors de la première bosse.

tracé st mamert

Aucun tête d’affiche connue pour ma part, y a peut être un bon coup à faire au général. Je serai vite fixé. Départ donné, quelques centaines de mètres pour sortir du village. Je me mets en parfaite position, 5° en prenant l’allure des premiers. La première bosse se présente, encore sur bitume. La tête ralentit naturellement, et en maintenant mon allure sans forcer, je reviens à leur hauteur immédiatement. Je décide de maintenir l’allure et un seul coureur me suit, je prends la tête. On attaque le dfci et je relance pour enfoncer le clou. 2 VTTistes ouvrent la piste. Un gros kilomètre de plat et on vire à droite toute pour attaquer un monotrace en « montée ». Au souffle je devine qu’un seul coureur me suit. Attend-t-il que je faiblisse pour passer ou est-il au taquet ? De toute manière je fais ma course, on verra bien. Je suis parti très vite en prenant la tête, désormais faut assumer. On passe sur une partie de faux-plat, toujours aussi caillouteuse. J’en remets une couche pour reprendre une allure élevée, et j’entends que le souffle s’éloigne. Plus de question à se poser, c’est aussi simple que ça.

st mamert arrivée

Derrière les VTTistes, je déroule et j’attends la prochaine difficulté pour me jauger. Le parcours est bien sympa, très joueur, propice à la vitesse, par moment technique avec la caillasse. J’avoue que je ne regarde pas trop ce qui m’entoure et garde les yeux rivés sur la piste. J’ignore même la montre et garde conscience de la distance grâce aux sons qu’elle émet. 5°km, début de la longue « difficulté » (rendue par l’allure prise depuis le départ). Je commence à sentir la fatigue car impossible de garder ce rythme très soutenu. J’imagine que c’est pareil pour les poursuivants, donc pas d’affolement. Avec le recul quand j’analyse ma courbe d’allure, je vois quand même que j’étais sur du 4’30 au kilo dans le dur, mais le ressenti sur le moment était tout autre lol. Les parties descendantes font du bien pour pouvoir relancer. Par contre toujours pas de ravito, j’espère qu’il y en a un car ça devient dur sans flotte. Un peu avant le 8°k, j’en finis avec ce monotrace et je récupère un DFCI. Un bénévole m’annonce le ravito un peu plus loin, il était temps !! Ce chemin permet de relancer, encouragé par les ouvreurs, on échange même quelques mots.

st mamert podium

Le ravitaillement, un verre …. raté, 2° verre …. encore raté, un des derniers en bout de table, obligé de ralentir si je veux boire lol. Bon, la moitié à côté, mais ça fait du bien le peu avalé. Je repars de plus belle. Un ouvreur m’annonce la suite, un monotrace très technique en descente, ils prennent de l’avance pour ne pas me gêner au cas où par rapport aux arbres, ça sera délicat pour eux. 500m de descente et 500m plus roulants puis je récupère un large chemin. Encore 2km, je me renseigne, personne derrière mais faut pas se relâcher car 2km il peut s’en passer des choses si il y a défaillance. Plus de difficulté, il me faut juste tenir cette bonne allure. Je retrouve le bitume preuve que je me rapproche de l’arrivée.  Une dernière bosse et descente dans le village, passage dans les ruelles étroites et je déboule sur la rue principale au son de la cornemuse ! L’arche au bout et j’en termine !! Première victoire, en moins de 49’ avec  1’ d’avance sur mon poursuivant et presque 5 sur le 3°. Très heureux de cette première, j’ai tourné quelque fois autour et je la tiens enfin ! C’est surtout l’allure tenu sur ce parcours qui me fait le plus plaisir, 4’02 au kilo. Dimanche prochain, cela ne sera pas la même histoire avec le semi marathon de Teyran, l’occasion de refaire du long en vitesse.

profil st mamert

COUPE ST MAMERT

Publié dans 10 à 20 km, Gard | Pas de Commentaires »

Programme compétitions septembre

Posté par mescourses le 10 septembre 2022

- Dimanche 4:

- Samedi 10:

- Dimanche 18:

  • Semi marathon de Teyran (34)

- Dimanche 25:

  • Foulées boissetaines
  • Boisset et gaujac (30)
  • 10k

Publié dans Mes news | Pas de Commentaires »

Trail le grand chêne (30)

Posté par mescourses le 9 septembre 2022

Lézan, le 4 septembre 2022

  • Trail de 10km
  • Départ 10h

 

Après un été très calme question compétitions (1 seule aux bouzèdes), me voilà parti pour une longue série durant cette saison automne-hiver. Objectif le marathon de Camargue et ces compètes serviront de fractionné long. Nouvellement en catégorie Master 2, le podium est mon seul but. Un mois en roue libre, je vais pouvoir me tester avant d’attaquer une préparation de 8 semaines. Parcours à priori un peu exigeant, un vrai mini trail. Temps idéal, pas de pluie, pas de chaleur, tout est fait pour se régaler. Dossard récupéré, échauffement réalisé, en place sous l’arche avec tout ce beau monde, plus de 150 coureurs, belle réussite. Le départ se fait du terrain de foot, un tour pour étirer le peloton.

lézan5

C’est parti ! Ca cravache dur comme à chaque fois, sans être en surrégime, je force l’allure pour ne pas être trop décroché. Tout faire pour rester dans les 20 et remonter comme à mon habitude. Après ce km, petit mur qui en calmera plus d’un. Encore sur bitume, je profite de cette première difficulté pour me replacer plus convenablement dans la hiérarchie. Après ces 400m, place au sentier. J’accroche le bon wagon et une fois n’est pas coutume, je ne joue pas la carte de la remontada. 10km c’est court donc ça se tente. On est mis de suite en condition, monotrace en sous-bois dans les chênes. Que de la relance, très peu de zones où on peut dérouler et faire valoir notre pointe de vitesse. Des petites bosses, des faux-plats, des pifs-paf …. Tout est là pour s’amuser, aucun temps mort. Un peu ralenti dans ces premiers kilomètres, sans trop forcer le passage dans ces singles, je passe les coureurs au fur et à mesure, tant est si bien que je ne sais plus où je peux en être dans le classement. Je récupère un petit groupe qui ont failli se planter de chemin, c’est vrai qu’à cet endroit ce n’était pas forcément bien indiqué. Je repars devant du coup j’appuie pour ne pas me faire de suite déborder.

lézan2

Un peu plus loin je laisse passer mais je m’accroche car derrière ça suit pas vraiment. Un bon coup à faire. Passage au ravito, km 5 et des poussières, je relâche pour boire une gorgée. Comme on peut voir sur la photo, le but est dans mettre plus dans la bouche qu’à l’extérieur lol. Je garde la distance avec les 2 coureurs. Un poil plus loin, idem, le balisage laisse un peu à désirer, on tâtonne quelques secondes avant de retrouver la trace. Encore une fois ça m’a permit de revenir au contact. Je repars entre les 2 histoire d’essayer de profiter de « l’aspiration » lol, mais j’ai du mal quand même. Dans une descente je lui laisse la possibilité de passer mais il me répond qu’il est cuit. Je maintien mon rythme soutenu et me retrouve en chasse patate. On semble sortir des bois et j’arrive à voir un 3° coureur au loin. J’ai fait un peu le trou avec mon poursuivant, devant ils sont à mon sens, trop loin, du coup faut que je garde ma place.

lézan

Passé le 8° kilo, un bénévole m’annonce 6° !! Quelques doutes quand même car je ne pensais pas avoir doublé autant de coureurs dans les 2 premiers km, mais bon ….. Belle grimpette sablonneuse pour la dernière difficulté. Je marche, trop raide pour moi avec l’effort fourni depuis le départ. Une fois au sommet je relance pour fondre sur l’arrivée. Je me retourne et j’aperçois un nouveau coureur, du coup je relance en me mettant dans le rouge. Je dévale le mur du départ, je sais qu’on est arrivé. Un dernier coup d’œil et je peux finir en roue libre. 50’02, et bien 6° au scratch, podium assuré. Attente habituelle, le classement tombe, 6° officiel et 1er de catégorie M2. Super résultat, très content au vu du mois passé.

lézan4

lézan6

Publié dans 10 à 20 km, Gard | Pas de Commentaires »

Semaine 36

Posté par mescourses le 5 septembre 2022

Après ma très bonne reprise hier sur le trail du grand Chêne, place à une prépa marathon de 8 semaines. Objectif marathon de camargue. Pas de chrono en tête car il n est pas du tout fait pour ça vu le parcours, mais comme toujours je ferai mon max pour le classement.

- mardi 2 fois (8×200)

- mercredi petite sortie vélo selon la météo

- jeudi 4 x 2000

- samedi compète, trail des vendanges de St mamert. 11k 150+ de mémoire

- dimanche petite sortie vélo 

Publié dans Saison 2022 | Pas de Commentaires »

Le sentier des bouzèdes (30)

Posté par mescourses le 15 août 2022

Génolhac, le 7/08/22

  • Course de montagne de 11.4km 945+
  • Départ 9h

Décision prise de participer à cette épreuve il y a 5 semaines pour accompagner Benjamin, ni une ni deux, un plan de préparation express pour ne pas être ridicule le jour J. Fort de mes séances précédentes pour le Collet de Dèze, finalement je suis dans la continuité. 11000m de D+ en juillet entre la CAP et le vélo, je pense être au top de ma forme pour cet événement. Je passe récupérer Benjamin et Olivier et direction Génolhac. Le temps est idéal, 22° au départ et surement la même température au sommet quand j’y arriverai. Il s’agit de ma 3° participation, la dernière remonte à 2013, ça commence à dater ! Un quart d’heure d’échauffement et après avoir repérer les forces en présence, place sous l’arche. Le peloton est libéré ! Départ en côte, très coute suivi d’un faux-plat pour étirer un peu tout ce monde et très rapidement on se retrouve dans le vif du sujet. Une grosse côte bien raide pour calmer les ardeurs de certains. Je prends un rythme régulier sans me cramer inutilement. Y à 8km d’ascension à suivre.

tracé

 

Parti comme d’habitude en tête du ventre mou, je me soucie pas des autres et je suis vite rentré dans ma course. Un petit échange avec Benjamin et je pars en « éclaireur » J. 1km sur bitume puis c’est parti pour le sentier. La première partie s’effectue en sous-bois, racines et pierres au programme de ces sentiers. Je suis tout sauf spécialiste de ce type de course, 5 km d’ascension non stop me vont très bien, il s’agit de mes entraînements trail, je verrai bien ce que ça donne. Je continue mon petit bonhomme de chemin, j’ai bien passé du monde, les places semblent figées, on a tous trouvé notre rythme. Les km défilent, tout va bien, pas de fatigue exagérée, j’avance bien. On coupe la route qui mène au sommet à plusieurs reprises, 4 fois, entre le km 2 et 3.3, obligeant les voitures à s’arrêter J . Les ravitos sont très nombreux, il y en a un tous les 2km au minimum ! Et on a droit aux éponges ! Le top ! Km 4, on quitte la forêt et on en prend alors plein les yeux ! La vue sur les hauteurs est tout simplement magnifique.

Le terrain change également, on rentre dans une partie de lacets, comme sur une route de montagne. Sol « glissant » avec ces graviers. En levant les yeux on aperçoit aussi les coureurs qui nous précèdent. Ils sont si proches et si loin à la fois ….. J’arrive à grappiller 2 places, rattrapant plus vite mon retard métrique en prenant les ravitos express. Dès que la pente s’adoucit j’augmente l’allure sensiblement. C’est l’avantage d’avoir bosser le fractio en côte et le changement de rythme. Km 6 on repart pour 400 mètres de lacets à nouveau, je commence à sentir la fatigue, je franchis la ligne en sortant ma zone de confort. Le plus dur reste à faire. 2km d’effort à tenir sans craquer. Un coureur me rattrape et passe devant, il s’agit de Florian Perrier, rien que ça, podologue très connu du milieu. Au général je dois être pas mal quand même s’il se trouve là ! Bien aidé par 1 km (6.5 à 7.5) de plat, je relance immédiatement, le test est réussi, les jambes répondent bien. Je maintiens la distance avec Florian.

profil1

La pente se redresse dès lors que j’arrive à un hameau, dernier km d’effort ascensionnel. J’en profite pour passer le coureur que je suivais depuis un bon moment. J’arrive à raccrocher Florian, je suis au taquet, je sais qu’on ne va pas tarder à en finir. Km 8.5 ça sent bon ! Je passe sur du faux-plat toujours dans un cadre idyllique. Florian prend le large, bien meilleur que moi à la relance. On ne joue pas dans la même cour ! Je récupère le DFCI et c’est parti pour 2km de fractionné. J’envoie ce que je peux. Je me retourne, personne, du coup je me concentre sur Florian et j’essaie de maintenir la distance, une quinzaine de secondes je pense. Une petite bosse qui fait bien mal, juste avant l’arrivée. Je m’en souvenais de celle là lol, mais surpris de bien la prendre, sans trop grincer des dents, ça brûle bien quand même mdr !! Je regarde ma montre et je fais mon max pour franchir la ligne sous les 1h15 !!

Super chrono, très content de moi, je ne pensais pas faire si bien ! Et quand le classement est affiché, 13° au général et surtout 2° de ma catégorie ! Quelle satisfaction ! Le travail paye. Benjamin arrive 5’ plus tard et Olivier en +16’ qui n’est pas habitué à ce type d’effort ! Bravo les gars, une belle réussite. Un grand merci à Ophélie qui nous récupère au sommet, nous évitant ainsi de se retaper les 11km en sens inverse lol. Désormais en roue libre pour faire ce mois d’août, je pense m’orienter vers le marathon de Camargue fin octobre comme prochain « objectif ».

Publié dans 10 à 20 km, courses d'ascension, Gard | Pas de Commentaires »

Trail de la nouvelle calade (48)

Posté par mescourses le 3 juillet 2022

Le Collet de dèze, le 26 juin 2022

  • Trail de 11.5km 450+

Ca y est, c’est le jour J, le jour de mon objectif de ce début d’année. Anciennement At Home, je connais parfaitement le parcours, dur, casse patte, aucun répit si on joue le haut du tableau. 8 semaines d’entrainement spécifique, de très bons résultats lors de mes 3 compètes, je suis fin prêt pour relever mon défi. Objectif podium de catégorie minimum et surtout être au top sur les zones d’ascension. Départ à 10h, sur place à 9h15, dossard récupéré, échauffement habituel. Je croise 4 coureurs qui seront devant moi au classement, bon ….. du coup ….. 5° place comme objectif.

Temps idéal, pas trop chaud, ciel complètement couvert, les ravitos suffiront. On doit être 80 grand max, comme d’habitude, y a jamais eu foule, le parcours doit en calmer quelqu’uns. Je me place dans les premières positions pour ne pas être gêné, comme d’habitude. Départ lancé, c’est parti pour un petit tour au bas du village. Je me retrouve vite déborder de part et d’autres mais pas d’inquiétude, je ne change pas ma stratégie : partir vite sans me faire entraîner, maintenir une grosse allure en côte pour faire la différence et dérouler le reste du temps. On sort du village et on prend une petite route très étroite de campagne, la sélection débute. Faux-plat sur plus d’un km avant d’attaquer la première côte. 13° je ne m’affole pas, à chaque fois c’est pareil. Le duo de tête est déjà « loin », bon courage à celui qui tient tête à Corentin Capelier, je ne connais pas ce coureur (maillot des sapeurs pompiers).

calade photos ACNA

Sur la fin de cette première partie je remonte 3 coureurs avant d’attaquer librement l’ascension. 900m de grimpette trail bien raide sur une bonne partie. Mis en application de l’entrainement, je me surprends à courir des parties raides que je n’avais jamais même espérer, pourtant j’ai parcouru ces traces peut-être une centaine de fois ! Je gagne mètre après mètre puis 2 coureurs qui alternent marche et course, me laissent passer. Je vois le « pompier » en difficulté, on remonte sur lui arrivé presque au sommet. Je le passe (et un autre aussi) juste avant de retrouver le bitume pour attaquer la descente. Je zappe le ravito pour gagner du temps et recoller au 4ème, maintenant je suis à ma place voulue, je vais tout faire pour la garder tout en regardant devant au cas où … Je sais que je vais perdre du temps, chose faite de suite petit à petit. J’en garde pour la suite et la « longue » montée sur route qui va suivre. 6° mais je garde mes distances avec le suivant. Garder contact avec le 6°, primordial, car en côte je semble plus costaud.

Km4, fin de la descente et j’enchaîne de suite avec l’ascension. Toujours sur bitume, c’est l’heure de vérité sur ces 2500m. Je reprends ma 5° place assez rapidement et maintenant faut creuser l’écart petit à petit sans me mettre dans le rouge. Le cadre est toujours aussi génial pour courir, je m’en lasserai pas, j espère que certains en profiteront quand même. Je suis bien dans la montée, je creuse l’écart, et reprends même un peu de terrain sur le 4°. Enchainement de virages serrés à faire vomir des familles, quelques mètres de replat où j’appuie pour creuser encore plus. Je me base  à mon prédécesseur, Cliff, M4, je me calque sur lui sans m’endormir si je suis plus rapide. Je reviens à moins de 100m une fois au sommet mais surtout personne en visuel derrière. Passage au ravito et c’est parti pour une longue descente en 2 temps. La petite pluie de la veille à rendu le terrain très glissant. Nous sommes sur une piste forestière très roulante mais piégeuse par endroit. Je ne prends pas le temps de récupérer, j’attaque de suite pour avoir le plus d’avance possible avant la partie technique.

tracé

Passé le km 8 je quitte la piste pour enchaîner sur la partie trail, très technique et donc rendu très piégeuse par la météo de la veille. Beaucoup de pierres, plaques, des petits ponts de bois ultra glissants. Je reviens quelques mètres de Cliff !! Il doit gérer car je n’ai pas le même niveau donc ça m’étonne un peu, mais motivé pour essayer peut-être sur un malentendu, de gratter une place lol. En attendant je donne tout ce que j’ai pour dévaler au plus vite, mais plusieurs fois je suis à la limite de la faute, ça glisse sans cesse. « Ravin » à gauche, terrain en dévers, monotrace, tout est réuni ! Ce kilo est terminé, place à la dernière difficulté, 1500m de faux-plat (qui semble être une côte vu ce que les muscles ont subi dans la descente) et d’une descente encore plus dure dans la caillasse. On peut tout perdre ici !! Je reperds bcp de terrain sur Cliff, il est bien plus costaud que moi. Je calme ma joie et reprends un rythme convenable pour finir la course. Ce km de montée me semble avoir duré 10km, mais ça tient ! Place à la descente, je pense être tranquille derrière du coup je gère, je lève le pied pour éviter toute erreur. Ca passe et retour sur le bitume pour les derniers 1500m. Cliff est passé 3°, en vu le nouveau 4, J.C. dumas, Master 3 surement, du coup, certain d’être 1er de catégorie, donc  c’est gagné, objectif atteint. Retour au village et descente en roue libre à l’arrivée au stade. 5° et 1er de catégorie en moins de 59’ pour ces 11.56km 460+, parfait !!

PROFIL

Après une longue attente (fête du village en même temps en plus…) , la récompense avec ce podium, coupe et panier garni !! Le plaisir d’avoir revu Benjamin à l’arrivée, venu en spectateur pour moi ! Trop sympa, merciiiiii ! Petite semaine de repos pour soulager les tendons qui ont surement pris cher et je verrai la suite du programme plus tard.

PODIUM

Publié dans 10 à 20 km, Lozere | Pas de Commentaires »

12345...22
 

MON GR20 EN SOLO |
bmx trott forum |
Les Feelingazelles |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | foot
| demetan75
| Les canimordus de la Manche