Trail de Baurech (33)

Posté par mescourses le 11 mai 2019

Baurech, le 1er mai

  • 26 km
  • Départ 9h30

Je profite habituellement de mes vacances pour aller participer à une course dans une autre région. Et celles-ci ne dérogent pas à la règle. Direction la famille en Gironde. L’année dernière j’avais effectué les 21k de St-Selves et cette année je devais faire le marathon de Bordeaux. Ce dernier étant déplacé fin octobre je me suis rabattu sur le trail de Baurech du 1er mai. Je ne me suis décidé seulement il n’y a que quelques jours sur la distance : 15 ou 26k. Les 15 de Ners et les séances qui ont suivi m’ont donné les feux verts pour la longue distance. Ce sera une nouvelle fois un excellent révélateur pour la suite. Marcheurs, Run&Bike, 8, 15 et 26k, il y aura du monde sur ce RDV. Le long est inscrit au challenge départemental des trails. Concernant la météo, mitigée les premiers jours et pour le jour J elle décide de nous offrir un magnifique soleil et une température plus que printanière. On sort le débardeur ! Annoncé 26k 550+ avec 6 ravitos, je pars sans bidon.

baurech

Je ne m’échauffe pas, je me prépare tranquillement puis je me place sur la ligne de départ. Le 8km et le run&bike vont partir simultanément puis ça sera notre tour accompagné du 15k 10’ après. 9h30, place « aux grands ». Nous ne connaissons pas le tracé au vu de plusieurs passages dans des propriétés privés donc je préfère me placer dans les premières lignes histoire de ne pas être pris dans d’éventuels embouteillages un peu plus loin, par contre attention de ne pas trop m’emballer. Je vise 2h30 donc une allure assez basse, l’objectif étant d’engranger les km. 9h30 c’est à nous ! 200m sur l’avenue principale puis on bifurque sur la droite afin de partir sur ce qui sera une boucle de 4km histoire d’étirer tout ça. On se retrouve tout d’abord en sous-bois, chemin propre mais avec tout e monde, faut vraiment faire attention où on met les pieds car il y a toujours une ornière ou racine qui vient gêner. Comme à Ners je prends une allure de 4’50 au kilo. Ralentissement en sortie de forêt sur un single en épingle avec passage sur un monticule pour aller gambader le long de champs. Voilà pourquoi je suis parti plus vite, pour éviter ce genre de tracas. (Photo de Nathalie Wurry). En plein soleil, on sent déjà que ça tape.

Baurech3

Au 4°km (premier ravito), on retourne dans le village et on se prend la première côte de la journée. On est sur bitume et ça me permet de grimper d’un bon rythme et de doubler bon nombre de coureurs. Après ces km de plat, ça fait un sacré changement d’un seul coup, on passe d’un niveau en dessous de la mer à 80+ ! On a donc pris de la hauteur et c’est parti pour une bonne balade bucolique. Ce n’est plus vraiment plat, on alterne montée – descente et faux-plat. Et durant 3 bons quart d’heure, je ne vais faire que monter et descendre sans vraiment de répit. De belles côtes. On est vite rentrer dans les vignes, un paysage très vallonné qui est fort sympathique et surtout qui me change des Cévennes ou des vignes de la campagne alésienne ! Au 6°km, bifurcation entre le 26 et le 15km. De nombreux ravitos sur le parcours, je zappe les 2 premiers (4 et 8°km de mémoire) et prendrai le suivant. Ca permet de prendre mes distances avec des coureurs de même rythme. Même si je ne vise pas de classement particulier, je reste un compétiteur et je joue sur une allure régulière du début à la fin et de la baisse probable d’autres coureurs pour faire ma place.

Baurech1

Au km12 passage au pied du premier château du parcours (on est passé au km10.5 à proximité du château Sentout), un joli  petit domaine bien sûr. Toujours un bon rythme et je continue à grappiller quelques places ici et là. J’appuie dans chaque montée ou je suis plus facile, tranquille dans les descentes pour faire gaffe aux chevilles principalement car dans ces champs ou vignes, il serait facile de se faire mal ! Les km défilent et au 15° on traverse sur une centaine de mètre ce qui semble être une propriété privée, une très jolie parcelle en sous-bois, un vrai régal. Physiquement ça va, rien ne m’empêche de garder cette allure. A plusieurs reprises on traverse un petit ruisseau et ces passages nous laisse entrevoir un paysage dont je n’aurai soupçonné l’existence dans ce coin là : sous-bois très humide et boueux, avec passage à la corde pour nous aider dans ces crevasses. Autre domaine que l’on contourne, au km 17 environ, belle propriété encore une fois.  Au 18° je sens que tout va bien et je me dis qu’il ne reste que 8 km puis faudra bien redescendre « au niveau de la mer » donc je décide d’y aller, d’appuyer un peu plus. Ca me permet aussi de voir si physiquement je peux envoyer un peu.

Visite en courant du sous-sol et tous ces fûts d’un domaine. Merci beaucoup de nous ouvrir vos portes car cela rend encore plus intéressant et attrayant une telle épreuve.

FB_IMG_1556917783453

Km 21.5 et 22.5 à nouveau 2 passages dans le ruisseau et toujours cette même difficulté à les franchir, qui plus est, une fois passé on se tape un mur où je sens que les muscles ont bien bossé. Dans un de ces creux je doublerai une joëlette ! Les pauvres ils galèrent un max à le franchir et ont la gentillesse de nous laisser passer. Des encouragements  forts et sincères pour les motiver encore plus et les remercier pour cette mission qu’ils accomplissent ! Respect. Cette fin de parcours est en partie plongée en forêt et c’est vraiment génial. Je craignais ne voir que des champs et des vignes mais là j’avoue que je suis un peu bluffé et ravi au plus haut point. Ces coups de cul sont passés et je pensais que j’en aurai fini, mais non ! Une bonne côte finale m’attend au 23°k, elle fait mal mais j’avance et c’est bien là le principal. Je finis ce tracé avec forcément la descente qui suit jusqu’à l’arrivée. La famille se trouve sur les derniers centaines de mètres,  mais pris dans mon truc je ne les entends pas malheureusement, dégoûté pour eux :-(

Baurech2

J’en termine donc en 2h15m22s, un quart d’heure de moins que prévu, pour une allure de 11.5 de moyenne. 31° au général sur 382, satisfaction supplémentaire. Mais l’essentiel est que tout va bien physiquement même si j’ai toujours cette pointe à la fesse. 4 jours de repos (car je ne veux pas m’enflammer) et je remets ça dimanche de retour à la maison, pour la 20° et dernière édition des traces de Deaux, un 15k 200+ sur route.

TRAIL baurech profil TRAIL baurech tracé

Publié dans 21 à 41 km, Gironde | Pas de Commentaire »

Foulées saint-selvaises (33)

Posté par mescourses le 13 avril 2018

Saint-Sèlve, le 7 avril 2018

  • 21k nature
  • Départ 15h30

st selve zone

Je profite de mes vacances pour retrouver la famille en Gironde, et à y être, participer à ma première course dans le département ! Bon …. J’avoue que c’est l’inverse, j’ai choisi cette date pour aller en famille et faire la course lol. La météo n’est pas avec nous, de la pluie fine juste pour la course ! Mais par chance, moi j’aime quand il pleut. Le problème qui se pose concerne le choix des chaussures. Le parcours est vallonné, 60% bitume et donc le reste sur des chemins et avec ce temps, si c’est de la boue, ça promet. J’opte pour les running en espérant que cela soit des chemins propres. Après mon 35k du trail Stevenson de lundi, j’ai effectué un simple footing (étant en plus dans ma semaine de repos de ma prépa trail). Je vais voir comment cela se passe au fil des kms et on avisera. Je vise 1h30, déjà un bon rythme. Dossard récupéré, un échauffement comme au bon vieux temps de mes « foulées » et je file au départ, je me place dans les premières lignes pour ne pas être trop gêné. Egalement le 10km qui part en même temps.

ST selve

La meute est lâchée et ça part vite naturellement ! Je suis le mouvement, le but est de tenir en surrégime sur les 2 premiers km où, de mémoire, se séparent les deux parcours. J’y verrai alors plus clair. Une grosse trentaine de coureurs devant je pense, puis ça s’épure au passage à l’échangeur, on trace tout droit tandis que le 10 tire à droite. Une longue ligne droite de 3km pour étirer le peloton puis changement de direction qui n’est pas plus mal histoire de ne pas s’endormir. Je vous avouerai que je ne sais plus à quels moments  on passe de bitume aux chemins.  Ces derniers sont propres dans l’ensemble, j’arrive à passer à côté des flaquesJ. Km 5, je garde mon rythme de 4’10 » au kilo donc bien en dessous des 4’30 visés. Je ne force pas pour le garder et c’est bon signe. Les jambes sont là mais je n’essaie pas d’accélérer car il reste encore plus de 15 bornes. J’aperçois un château, on tourne « autours » et finalement on s’y dirige par un chemin très agréable. Il s’agit du château de Grenade, un des très très nombreux domaines viticoles de la région. C’est génial d’y passer, de le voir de si près.

tracé

Après ce km 7 fort sympathique, on quitte le domaine par le passage sous des arcades d’un de ses bâtiments annexes. Je repars de plus belle et je chasse un groupe de 3 coureurs, dont la première féminine, qui m’ont doublé il y a environ 3 km. J’ai suivi leur rythme à distance et dans les chemins je semble être plus à mon avantage (notamment dans les faux-plats montants) et sans forcer je grignote des mètres. Au km 10 je les rejoins et reste derrière un peu. Je fais attention de ne pas être pris dans un faux rythme, et vu que j’ai les jambes qui démangent je ne tarde pas à passer devant. Qui m’aime me suive ! Un peu avant le ravito du 12° (je crois qu’il y avait un ravito…), je récupère un coureur qui prend le train au passage. Bifurque à ce 12°k, on est pointé pour la première fois, annoncé 17° et en laissant trainer les oreilles, j’entends quelques secondes après les 19 et 20°. Bon …. Il reste 9 bornes, j’ai les jambes, plusieurs coureurs éparpillés au loin….. et bien je décide d’y aller.

profil

J’hausse indéniablement l’allure, je laisse sur place le coureur qui me suit et le faux-plat ascendant m’y aide. J’aligne 2 gros km à 3’51 et 3’53 au kilo pour monter dans la hiérarchie. Je ne regarde plus le paysage et une seule chose en tête : rattraper le coureur devant moi et ainsi de suite. En parlant de ça d’ailleurs, je suis agréablement surpris de ne pas être dans les vignes, ce que je craignais, du début à la fin. Bien au contraire, nous évoluons entourés de forêts et c’est bien plus sympa. Actuellement succession de signes droites et virages à 90°. Km 18, ravito et passage au château Haut-Selve, je ralentis pour ne pas glisser sur les pavés et je repars de plus belle avec en vu un groupe de 4 coureurs. Je mets tout ce qui me reste dans ces 4 derniers kms. Je reviens mais vraiment avec difficulté. Passage au 19° sur chemin boueux en forêt, de grosses glissades à chaque pas, pas loin de la sortie de route sur ces 100m. Enième virage à 90° et retour sur le bitume, je baisse la tête et renvoie tout, je vais revenir, je veux revenir ! 800m de ligne droite (partie commune avec le départ) et enfin je reviens. On s’engage alors dans une zone résidentielle avec que des pif-paf. Je lance le sprint dès que l’on y rentre, tout comme le premier coureur du groupe. Je passe les 2 coureurs et remets une couche pour ne leur laisser aucun « espoir », impossible de revenir sur le dernier coureur et donc je franchis la ligne en coupant mon effort 50m avant, assuré de ma 10° place ! 1h25m10s pour ce 20.9k 119+. Plus que satisfait, même si je sais que je vais en payer le prix avec ces douleurs qui ne tarderont pas à se faire connaître, mais bon …. Je ne fais plus de vitesse et l’occasion était trop belle. Les résultats tombent, 5° V1, à 20 » du podium de catégorie ! Déçu d’échouer mais le sentiment d’avoir fait le job ! Repos 3 jours pour les tendons.

Publié dans 21 à 41 km, Gironde | Pas de Commentaire »

 

MON GR20 EN SOLO |
bmx trott forum |
Les Feelingazelles |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | foot
| demetan75
| Les canimordus de la Manche