Trail des carrières de Beaulieu (34)

Posté par mescourses le 8 octobre 2022

Beaulieu, le 2 octobre 2022

  • 16km 250+
  • Départ 9h45

2° édition et 2° participation pour ce trail des carrières de Beaulieu. L’année dernière j’ai terminé 8° en 1h16 et 1er de ma catégorie (Master 1), cette année le but sera de faire mieux bien sûr. En pleine forme, la dynamique est excellente, tout est réuni pour signer mon 8° podium consécutif. Nous sommes une grosse centaine sur ce 16km, une dizaine de M2 à priori (à la préinscription), donc faudra pas trainer. Echauffement classique de 30’ et place sous l’arche. Je me place en 1ère ligne, finie la tactique de la remontada, désormais je joue avec les grands. 2 féminines à mes côtés dont une que je ne connais pas du tout et qui à l’air très affutée. C’est parti ! Un petit kilomètre  en faux-plat  très large (route puis chemin) qui permet de se placer au fil des mètres puis on attaque les choses sérieuses en rentrant dans le sous-bois. 11°, 9° puis 7° je me place assez vite à l’affut. Nous sommes un petit groupe étiré.

beaulieu tracé

Comme dans mes souvenirs (pas si lointains), aucun répit, sentier technique de part son revêtement par moment et surtout de sa configuration tortueuse. Pas de ligne droite, pas de zone dégagée, un vrai trail. Il n’y a pas de montée à proprement parlé, uniquement des coups de culs de quelques mètres qui cassent le rythme. C’est ce qui fait sa difficulté. Dans ma tête décortique le tracé en 3 parties de 5km. Première partie je suis sagement voir ce que ça donne, si le rythme me convient et surtout mon classement. Les 5 suivants je passerai devant en appuyant voir si ça suit et les 5 derniers on gère. Ca, c’est sur le papier. Effectivement, dans le 4° kilo, mon prédécesseur perd mètre après mètre, du coup je le passe puis j’accélère pour accrocher les 2 de devant dont une féminine. On enchaîne les kilos à 3 puis je me place entre les 2 car c’est la féminine qui mène la danse à un rythme impressionnant. C’est elle qui faut suivre, c’est du costaud.

Puis assez rapidement on prend mètre après mètre sur notre compère du moment. On se retrouve à  2 désormais. Le rythme me convient, si elle accélère je ne suivrai pas longtemps c’est certain, sinon je risque de craquer et de tout perdre. Je la suis mais je ne peux pas prendre de relais. D’un autre côté elle n’a pas l’air d’en avoir besoin, elle parait tellement facile. On attaque les 5 derniers kilo. Quel régal ce cadre, on est en immersion totale. Par moment faut vraiment être attentif car on peut vite douter de la trace si on rate de visu le balisage. Chose qui nous arrive au 11°kilomètre. Gros doute, on se sépare pour retrouver la trace. Chose faite après de longues secondes. Notre poursuivant remonte sur nous, donc on repart de plus belle pour reprendre de la marge. Toujours dans l’incapacité de prendre les rênes. J’ai pris les gourdes avec moi pour ne pas perdre de temps inutile au ravito. Et en buvant un coup vers le 12°, ma cheville droite (toujours la même) se dérobe sous une caillasse. Légère torsion, ça boîte, du coup je lui dis que je peux plus suivre.

Trail des carrières de Beaulieu (34)
Album : Trail des carrières de Beaulieu (34)
02 octobre 2022
9 images
Voir l'album
 

Heureusement le terrain s’assagit ce qui me permet de retrouver  un peu le rythme sans prendre trop de risque. Plus que 3 bornes, je reviens à distance de la féminine mais je ne peux pas raccrocher. Personne derrière c’est là l’essentiel. Cette fin de parcours n’en finit pas lol, je suis un peu en sur-régime mais je m’accroche. On sort de ces sous-bois somptueux pour retrouver un chemin large type DFCI. Et à la bifurque je vois 2 coureurs passés devant, venant d’une autre direction !! Erreur de parcours pour eux, à savoir combien y en a avant !? Je récupère dans la descente le 2° coureur, on échange un peu et effectivement ils se sont trompés, plus d’un kilomètre de moins. Je reprends le rythme pour en finir et couper a ligne en 1h12m40 pour 16.1 km. Très belle amélioration par rapport à l’année dernière. Classé 5° mais après de nombreuses minutes (1 heure) dé vérification de la part de l’organisation, je suis finalement classé 4° derrière la féminine et donc bien entendu 1er de ma catégorie. Grosse satisfaction une nouvelle fois. 16km à ce rythme (4’31 au kilo) vu le terrain compliqué, très bonne séance. 2 jours de récupe puis je reprends mes séances et samedi les foulées de la montagnette de Ribaute les Taverne avec ses 10.4km. Encore une séance de vitesse pure en perspective.

beaulieu profil

Publié dans 10 à 20 km, Herault | Pas de Commentaire »

Semi maratohn des vendanges (34)

Posté par mescourses le 23 septembre 2022

 

Teyran, le 18/10/2022

  • Semi marathon
  • Départ 10h

tracé teyranFB_IMG_1663621558351

3° week end de compétition et fin de ma 2° semaine de préparation. Après ma victoire à St-Mamert, je me présente à Teyran pour m’aligner sur un semi marathon. 40° édition, la première pour moi. Je ne sais pas trop à quoi m’attendre. Un peu plus de 200+ à priori, le revêtement, je n’en ai aucune idée. Je pense faire une sortie longue et me brider à 4’40 au kilo, en espérant m’y tenir et ne pas vouloir faire plus …. Finies les chaleurs, temps frisquet mais dès que le soleil se pointe, aucune hésitation, débardeur. Un bon échauffement et je rejoins l’arche de départ. Je me place en 2° ligne pour ne pas être gêné.

Et c’est parti ! Environ 300 coureurs probablement, c’est pour ça qu’il était important de se placer devant. Comme beaucoup, j’ai repéré le premier kilomètre. Route de campagne suffisamment large, bitume. Placé dans les 30 ou 40, comme souvent il faudra un certain temps pour que les places se figent. L’allure est élevée histoire de ne pas prendre le bouillon quand même, je suis la première féminine (je pense). Un peu avant le 2°km on attaque une piste, une belle bosse se présente, avec les chaussures running ça patine un peu mais ça passe malgré les caillasses. Toujours à l’aise dans ce domaine, j’en profite pour grappiller des places. Pas vraiment à l’aise sur ce terrain avec mes chaussures, ca va durer 3 km, gaffe aux chevilles surtout !! Les places sont faites, tout le monde trouve son allure. 2 coureurs m’ont déjà repassé sur les parties descendantes.

FB_IMG_1663675134963

Je récupère le bitume, ca va aller mieux du coup. J’attaque une bonne partie de plat. Je cour au feeling, l’allure moyenne descend à 4’21. Je ne  force pas, cette allure me convient parfaitement. Je profite même du « paysage ». Quelques pistes par moment, mais sans problème pour les chevilles. Au fil des minutes je me retrouve en chasse patate, je gère l’allure vis-à-vis des coureurs me précédant. Un ravito tous les 5km mais sans gobelet, du coup j’ai ce qu’il faut sur moi, donc aucun arrêt. Passé la mi-course, tout va bien, très bien même. Ca me démange, je remonte mètre après mètre tout en gardant mon allure, restant encore 10km, ça me donne des idées et je sens que je ne vais pas rester dans les clous.

Screenshot_20220921_081921

12° km, je raccroche à un groupe au pied de la 2° « difficulté », je garde l’allure et les fait « sauter » de suite. Plus de 5 mois à travailler le trail court avec D+, ça paye forcément. Un bon petit mur (quand on fait du plat) suivi d’une descente du même style. On traverse une … zone humide avec  de part et d’autre 2 manières différentes de la franchir. Sans connaitre la profondeur, pas de risque j’opte pour les plots. Bien sûr le coureur me précédant à la bonne idée de perdre l’équilibre lol Un petit moment atypique qui nous change de la routine. Retour sur le bitume et direction un DFCI bordé de pins (enfin … de mémoire il me semble lol). Une belle montée régulière assez longue, parfait pour moi. Là par contre j’envoie ce qu’il faut pour faire la différence, beaucoup de coureurs en vu, y a quelque chose à faire au général. 5 coureurs à la trappe une fois au sommet, un 6° qui s’arrête au ravito du 15°km et j’attaque avec 3 coureurs une descente en monotrace. J’en profite pour récupérer un peu quand même. Après je vais relancer.

FB_IMG_1663674648361

On traverse la route et retour dans la nature. Je prends la poudre d’escampette, ça ne suit pas, j’augmente l’allure sur ces 3 derniers km. Je reprends le coureur qui m’avait lâché au 6°km. Avant le 19° on retrouve le bitume en rentrant en « ville ». 4 coureurs devant, et pas impossible qu’il y ait du M2 à priori. On remonte sur eux par le biais d’une descente. On prend les devants, je le suis. Un des 4 essaie de prendre le train en marche mais n’y arrive pas. Un virage puis une belle côte se dresse devant nous ! Ca ne pouvait pas mieux tomber. Je passe devant et prends des mètres d’avance, faut montrer qui est le plus fort et qu’il est inutile de luter, la force psychologique, tout n’est pas que dans les muscles. Je relance une fois en haut avec en vu un autre coureur. Encore une bosse, parfait ! Même combat, même issue, et une fois franchie je relance car on fond sur l’arrivée. Il m’encourage et me dit qu’il est cuit, mais dans le doute j’enfonce le clou, on sait jamais ! Plus personne devant, plus qu’à gérer, enfin …. à dérouler à fond pour éviter un retour et je franchis la ligne !!

Screenshot_20220921_081852

Je n’ai pas su me contenir, j’espère ne pas le payer encore la semaine avec mes tendons. J’espère quand même accrocher la catégorie histoire de ne pas avoir fait tout ça pour rien. Résultats en live sur le net, 13° scratch et 2° de catégorie ! 3 M2 passés sur cette fin, finalement ça a payé ! Content de l’allure sur ce semi très vallonné, je dois pouvoir faire bien mieux sur du plat, ça peut se tenter un jour. Pas de récompense podium vu que le 1er M2 finit 6° (5’30 devant quand même !!). 2 jours de repos pour les tendons et dimanche prochain 10km de Boisset et Gaujac avec du beau monde car course inscrite au challenge alésien !

FB_IMG_1663748032498

profil teyran

Publié dans 21 à 41 km, Herault | Pas de Commentaire »

Nature marathon man (34)

Posté par mescourses le 18 décembre 2021

St-Mathieu de Treviers, le 5 décembre

  • Marathon
  • Départ 9h

Voici arrivée ma dernière longue sortie de l’année, mon 3° marathon de 2021 après ceux du Grésivaudan et de Chambéry. Parcours très différent des classiques car très vallonné avec plus de 400+. Ca reste sur bitume mais les descentes constitueront mes difficultés du jour. Exit la Véni Vici pour diverses raisons, cette épreuve fera donc office d’objectif avec une « préparation » expresse en 3 semaines, si on peut appeler ça comme ça. En tout cas le cadre est magnifique, on se trouve au pied du Pic St-Loup, à St-Mathieu de Tréviers dans l’Hérault. Météo hivernale quasi idéale, seule une légère brise par moment vient nous glacer le visage. Dossard récupéré (un beau T-shirt technique noir d’ailleurs !), je m’habille avec 3 couches longues mais fines et c’est parti pour rallier la ligne de départ au centre du village.

Echauffement léger, juste pour réveiller les muscles. L’objectif est de passer sous les 3h30. Avec les descentes on se dit que ça sera facile mais perso ces parties sont un véritable calvaire pour mes tendons donc je serai dans la retenue malheureusement. Un 10k, le semi ainsi que le marathon en relais sont également au programme et les départs se font en commun. Cela fait beaucoup de monde sur la ligne et en cette période de pandémie je pense qu’il y avait mieux à faire à ce niveau là….. Je me place en première ligne pour ne pas être gêner  même si la rue est bien large. Le but est de prendre de suite mon rythme de croisière. Et c’est parti pour plus de 3h de balade. Ca part bien sûr dans tous les sens, allure naturellement élevée. Les premiers km sont plats puis arrive le pied de la première difficulté, au km 4, une ascension de 3km jusqu’au col de Fambetou. 120+ à franchir (les traileurs qui liront ça doivent bien rigoler). Juste avant, la première bifurcation a eu lieu avec le 10km parti de son côté. La montée se fait bien sûr sans problème, encore bien frais, je monte avec une bonne allure, 5’05 de moyenne.

Arrivé au sommet, km7, gros quart d’heure de relance avec le faux-plat majoritairement descendant. Sur cette partie je ne m’enflamme pas, je prends un bon rythme mais sans plus, je veux en garder sous les pieds au cas où. Le tracé est super, l’environnement est 100% naturel, vraiment génial. Le Point de vue est sympa au col, une vraie balade bucolique. Au km 11, 2° difficulté du jour. 4 km d’ascension pour rejoindre le plateau de Pompignan. 136+ pour celle là. Toujours aussi allaise sur ces zones d’effort, les km défilent et on s’ennuie pas car pas de monotonie sur ce type de parcours proposé. Une fois au sommet, le tiers de marathon bien passé, 2° bifurque, le semi replonge vers l’arrivée, tandis que nous restons donc sur le plateau. Sur le profil, cette partie montre une légère cuvette. Ca ne se ressent pas vraiment,  en gérant son allure on peut même se faire plaisir, car derrière c’est de la descente, un petit mur puis le final. Perso, malheureusement, la descente est ma plus grande crainte physiquement.

Nature marathon man dec 21 (2)

On quitte ce plateau avec un gros kilomètre de descente histoire de préparer les fibres pour la prochaine qui sera bien plus longue. Pas le temps de s’en remettre, virage serré et on remonte sur 500m pour 40+, donc ça pique bien quand même. Ces montées me plaisent bien et me conviennent parfaitement (du fait de mes entraînements habituels), du coup j’en profite avant de souffrir lol. Désormais place à ma plus grande crainte, la longue descente dans la vallée des villages. Ca tape de suite, ça va être dur comme prévu. J’essaie de prendre un rythme constant et surtout une foulée fluide. Je perds vite le visuel sur quelques coureurs me précédant. Je prends mon mal en patience et déroule comme je peux. 4km à dévaler pour arriver sur le village de Claret. Puis 3km de plat qui me permettent de m’en remettre un peu. Ca fait du bien pour moi. J’ai pris cher, j’espère que ça va tenir car il reste encore un tiers à faire. On prend la direction de Lauret désormais et la dernière difficulté du parcours, au km30. Un gros coup de cul qui va en calmer plusieurs. Un peu moins de 500m dans un premier temps, 60+, l’allure est en chute libre lol. Puis 200m pour récupérer et un gros faux-plat pour terminer.

Du coup on en a terminé, plus qu’à reprendre un rythme soutenu pour ceux et celles qui le peuvent. Pour ma part, je ne suis pas à plaindre, ça tient, les faux-plats me font baisser l’allure car les tendons ont souffert, mais sinon ça va. Par contre, je n’ai pas pensé et vu arrivé un léger souci qui peut prendre vite de l’ampleur. Je bois régulièrement des petites gorgées, mais l’eau est glacée …. du coup, du point de vu gastrique ….. ça travaille ! Plus les km défilent plus je pense sérieusement à m’arrêter car ça devient vraiment gênant et par moment pénalisant, obligé de ralentir.   Frustrant un peu car je reviens sur 2 coureurs (un doit être en relais car accompagné par 3 cyclistes). Mais au km 38, je décide de mettre le clignotant pour un passage au stand express. Une grosse minute de perdue mais je repars …. soulagé lol. Elle était facile celle là ! Je finis sur une bonne allure et je reviens petit à petit sur le coureur qui m’a doublé lors de ma pause.

tracé

 

Je termine en 3h27m06 pour ces 42.42k et 544+, à la 21° place. Maudites descentesL. Un peu de repos pour mes muscles, j’en ai bien besoin et selon l’évolution, on continue ou bien pause CAP 15jours. Et en attendant, je prépare mon calendrier 2022 !

profil

Publié dans Herault, marathons | Pas de Commentaire »

Trail des carrières de Beaulieu (34)

Posté par mescourses le 20 septembre 2021

Beaulieu, le 12 septembre 2021

  • 15km 250+
  • Départ 10h20

3 mois après mon premier et dernier dossard de l’année, me voici parti pour participer à la première édition du trail des carrières de Beaulieu. Quand je vois que les courses s’annulent les unes après les autres en raison du faible nombre de participants, manque de bénévoles … dû aux restrictions et passe sanitaire, je me pose quand même des questions. Effectivement, ce matin nous nous retrouvons plus de 100 sur le 16k et idem sur le 10, sans parler des randonneurs …..donc, la demande est là !! nous voulons un dossard ! Merci à ces organisateurs qui maintiennent leur évènement et surtout aux nouveaux qui ont le courage de se lancer !beaulieu4

Fin de ma 1ère semaine de prépa de la veni vici de mi-novembre, je zappe la sortie longue pour le dossard, je me rattraperai plus tard. Départ tardif pour laisser le temps aux chasseurs de terminer leur partie. Quand tout le monde s’entend bien, c’est quand même bien mieux. Bon échauffement car me connaissant, je pense que je vais m’engrainer si mes jambes me le permettent après mon fractio en côte et VMA longue précédents. J’en profite pour repérer les sentiers. Ca va être bien sympa apparemment.

beaulieu3

10’ après le 10k, c’est à notre tour. Je me place dans le ventre mou pour ne pas être pris par la vague des fous furieux. Ca part bien vite quand même mais je prends sur moi et trouve mon rythme assez vite, 5’15 ça casse pas des briques mais à la base on n’est pas là pour ça. Je profite dur large chemin pour remonter un peu et ne pas être trop pénaliser à l’entrée du premier monotrace. Annoncé plus de 90% de monotraces !! Et on est servi effectivement ! En forêt, des racines, des caillasses avec par moment la carrière à travers les arbres, un vrai régal. 250+ donc aucune difficulté, je vais pouvoir bien en profiter sans souffrir. On forme un petit groupe de 3 et on avale les premiers km. Les jambes sont bonnes, et je trouve que ce rythme est un peu monotone. Comme prévu je ne vais pas pouvoir me retenir. Dès le 5ème km je passe devant et j’appuie dans un faux-plat. Personne ne suit et me voilà parti pour ma spéciale : la remontada. 2 km de « descente » puis ça regrimpe (façon de parler).

beaulieu

Très peu de ligne droite, le top pour baroudeur, je reprends régulièrement des coureurs, ma moyenne est passée à 5 au kilo, les jambes sont là, tous les voyants sont au vert, alors je fonce. Je passe sous mon allure marathon et je maintien ce bon rythme. La cheville ne donne pas signe de faiblesse mais je me concentre sur le terrain car très très piégeux. Je récupère des coureurs km après km. Je reste sagement derrière eux lors des passages en monotrace, je ne prends aucun risque. Et dès que l’opportunité se présente, je passe et reprends mon allure. Ce tracé est vraiment un pur régal ! Que de la relance, pas de répit pour ceux et celles qui jouent le haut de l’affiche. Les km défilent et je remonte petit à petit, encore 2 au niveau du ravito ; pas de pause pour moi, j’ai prévu.

beaulieu

beaulieu1

Les 4 derniers km seront à tendance ascendants. Je continue ma remontée et profite de ces petites bosses pour accentuer cela. Je papote 30s avec  un coureur, ca permet de récupérer un peu. Comme d’habitude dans ces cas là, on parle du beau temps actuel. Beau ciel bleu, chaleur mais on est à l’abris sur la majorité du parcours donc tout va bien là aussi. Je me retrouve isolé dans les 2 derniers km, personne derrière et personne en vu devant, donc je déroule en faisant gaffe où je mets les pieds. Dernier km, je retrouve le chemin pris lors de l’échauffement. J’en termine en un peu plus d’1h16 pour faire ces 15.72km 238+. Plus beau parcours d’une course nature que j’ai eu l’occasion d’effectué, un pur plaisir ! Longue, très longue attente pour avoir les résultats. Sur le terrain on m’avait pointé 7° mais je me méfie toujours de ces infos en live …. Finalement je suis classé 8° et surtout 1° de catégorie M1 hors scratch ! Un podium qui fait bien plaisir surtout que je n’étais pas venu pour ça. Dimanche prochain je remets ça à Sommières pour la première édition du trail de Massereau, format similaire à celui-ci. En attendant, je repars sur la prépa.

beaulieu5

beaulieu2

Publié dans 10 à 20 km, Herault | Pas de Commentaire »

Semi marathon des Pyramides (34)

Posté par mescourses le 8 mars 2020

La Grande Motte, le 1er mars 2020

  • Semi marathon
  • Départ 9h45

3ème compète de l’année, et place au semi des pyramides de la Grande Motte. Déjà inscrit l’année dernière, je n’ai pu y participer à cause de ma blessure contractée 15j avant. Du coup je retente ma chance et cette fois-ci c’est la bonne. Initialement prévu en prépa du marathon de Montpellier, je m’y présente en entraînement VMA longue en vu de la Veni Vici d’avril. 3 fois 10’ à 4’ au kilo après 50’ d’échauffement en compagnie du meneur d’allure 1H45. Arrivé tôt pour ne pas avoir de souci pour me garer et retirer le dossard, je me balade tranquillement dans le coin avant de m’échauffer légèrement histoire de ! Un peu moins de 2000 coureurs inscrits, mieux vaut se mettre dans le haut du paquet pour éventuellement être moins gêné dans les premiers kilomètres. Je me place à côté du meneur et c’est parti pour 21km !

Avec tout ce monde c’est un peu le bordel pour éviter de marcher sur quelqu’un ou de se faire bousculer. Sur la carte, ce parcours paraît vraiment sympa, donc faut en profiter de ce côté-là aussi. Il faudra bien 2km avant de trouver un rythme de croisière. Nous sommes un bon nombre de coureurs à nous accrocher au meneur et certains passages et autres virages serrés peuvent être délicats à négocier. Les vues sur les longues allées (avenue de Melgueil et l’allée Cavalière) sont mêmes impressionnantes de part cette densité de coureurs. On longe sur quelques km l’étang du Ponant pendant cette première partie et je profite un max de ces points de vues très très sympas même si je connais (entre km 4 et 8). Les minutes passent et les kilomètres avec. Tout s’imbrique parfaitement : après être passé au golf du Ponant (km9) et sa grande avenue, arrive le ravito du 10°, je prends un verre (je suis parti sans rien) et débute ma première séquence de 10’.

Après plus de 45’ de course, nous sommes beaucoup moins serrés donc je serai dans de bien meilleures conditions pour travailler. J’avais les jambes qui me démangeaient depuis longtemps et ça fait du bien de se lâcher un peu. Je prends mon rythme convenu et je ne lâche rien. Naturellement je redouble un nombre impressionnant de coureurs mais sans intérêt pour moi bien sûr. Faut juste que je ne m’emballe pas. Pas évident de garder une course linéaire avec ce monde à passer. Les minutes passent et je tiens cette allure sans problème. Au 12°km, passage très sympa au cœur de la ville près du départ (parking du palais des congrès) avec franchissement d’un pont. J’en termine avec ma première séquence, 3 minutes de repos. Je tourne les jambes entre 5 et 6’ au kilo.

Puis c’est reparti pour 10’. Je sais que je peux augmenter et tenir une allure supérieure à ces 4 au kilo, mais mon plan de prépa n’est pas fait pour chercher une perf le jour J, seulement finir en bonne forme. Plus j’avance, plus les coureurs sont éparpillés, je suis donc moins gêné et mon allure est bien plus régulière. Passage au km15 autour du lycée La Merci Littoral puis le long du terrain de Baseball des « Albatros ». Fin de la 2° séquence, à nouveau 3’ de repos (km16 passage aux arènes). Puis c’est parti pour la 3° et dernière répétition. Il reste 4.5km pour cette course. Je suis toujours aussi bien dans cette série, aucun problème. Pour mes prochaines séances VMA des semaines à venir, faudra que j’augmente l’allure de quelques secondes. Les minutes défilent, et cette fin de parcours est un peu moins sexy mais bon …. Arrivé au km 18, on attaque le bord de mer, au niveau de la plage du grand travers, sur une voie verte et où on se croise toujours avec les coureurs depuis le km17. Demi-tour puis j’en finis avec le fractionné. Place à la récupe sur les 2 derniers kms. Un bon nombre de coureurs me repasseront, ils doivent être à 4’40 au kilo tandis que moi je tourne du coup à une grosse minute de plus qu’eux.

Je franchis la ligne et j’en termine en peu plus d’1h38. Objectif réalisé sans souci, l’occasion surtout de découvrir une nouvelle course et me (re)dire qu’il faudrait quand même qu’un jour je me lance sur un chrono sous les 1h25. Finies les compètes pendant 15j, place le dimanche aux sorties longues trails.

Screenshot_20200309-000245

Publié dans 21 à 41 km, Herault | Pas de Commentaire »

Duo des cabanes de l’or (34)

Posté par mescourses le 27 février 2019

Mauguio, le 10 février 2019

  • 14.15km en duo et en contre-la-montre

2ème course de l’année pour ma part après mon marathon de Cernay en janvier, et l’occasion de découvrir une nouvelle course. Un 14k plat histoire de faire de la vitesse avant le trail de Nîmes. Le gros plus qui sort de l’ordinaire c’est que cette course s’effectue en duo et en contre-la-montre. Jai prévu d’y participer depuis un bon moment et j’ai pensé immédiatement à mon ami Lionel ! On ne s’est pas vu depuis un moment alors cela fait super plaisir ! J’ai une gêne à la hanche depuis ma sortie longue avec escaliers mais cela ne m’empêche pas de courir alors on verra bien avec cette séance spécifique. Lors de l’inscription, j’ai indiqué que nous pensions mettre 55’, un peu prétentieux lol et du coup nous partons en avant-dernière position !!! L’avantage est que nous serons vite sans pression dès lors que le couple suivant nous aura dépassé (un des favoris). Je retrouve Lionel à Sommières et nous arrivons ensemble à Mauguio une petite heure avant le départ (les premiers concurrents sont déjà partis). 40’ d’échauffement comme à la bonne époque et nous sommes prêts à en découdre.

FB_IMG_1549869377582

10h36, c’est notre tour. On se lance sur le parcours. Pas vraiment de tactique, seulement courir le plus vite possible . Etant légèrement plus rapide que Lionel, je le laisse aller à son allure. Les 2 premiers km nous sommes sur du 15km/h. Nous avons tenu 1k avant de se faire dépasser, du coup nous n’avons plus à regarder derrière nous et nous ne ferons que dépasser, toujours bon pour le moral ! Au 2ème km nous atteignions les bords de l’étang de l’or sur le sentier de découverte. Nous croisons des duos dont beaucoup sont déguisés, génial çà voir, et certains ont dû faire de creuser la tête pour innover !! Au fil des km nous baissons légèrement de rythme mais nous sommes pas mal du tout ! On commence les dépassements. Au 3°km on se fait stopper par un duo lors de la traversée du pont qui enjambe un petit canal. Quelques marches pour monter puis on bascule de l’autre côte et c’est reparti !! On retourne sur nos pas et au 5°km on bifurque pour rester sur ce sentier de découverte. 4 ravitos sur le parcours, huîtres, vin blanc, grillades, ….. c’est con d’être venu pour jouer le classement et de ne pas en profiter !!

tracé

Le coin est sympa pour balader, avec le soleil cela doit être vraiment agréable. Nous avons droit aujourd’hui à la grisaille mais au moins nous évitons les gouttes. Nous contournons la baie de la Capoulière, pour aller faire une boucle en passant par les cabanes des pointes. Nous avons passé la mi-parcours, ma hanche me gêne de plus en plus et je peux même dire qu’elle est douloureuse. Pas bon du tout, mais ça tient et on verra bien après. Lionel garde son rythme, belle allure depuis le début c’est top. Je serre les dents par moments. Passé le 11ème nous retournons dans les terres, direction la ville. On longe le ruisseau de la Capoulière sur plus d’1km pour aboutir dans un parc pour le dernier km, et on franchit la ligne d’arrivée. On passe sous l’heure comme voulu. On attendra quelques minutes pour le classement, et voir qu’on finira 10° au général et 5° Hommes. Super résultats et une bonne séance de vitesse que l’on avait plus trop l’habitude de faire ! Désormais repos pour ma part car je pense que demain je vais le sentir passer à la hanche !!

Publié dans 10 à 20 km, Herault | Pas de Commentaire »

Oenotrail du lunellois (34)

Posté par mescourses le 17 décembre 2018

Saint-Christol, le 2 décembre 2018

  • 21km
  • Départ 10h

DSC_0075_resultat1

Après ma non participation aux 20k de Montpellier suite aux problèmes actuels de manifestation et autres blocages, j’ai décidé immédiatement de participer à ce 21km nature et pour une fois, y jouer le général. Une dernière « répétition » une semaine avant le marathon des barjots. Le temps idéal pour courir même si il fait un peu frais mais avec l’échauffement ça devrait aller. D’ailleurs cela faisait bien longtemps que je n’en avais pas fait un digne de ce nom vu que je ne fais plus de court en visant quoi que ce soit, cela rappelle des souvenirs. 1000 participants présents sur un 10km, ce 21 et d’autres épreuves de marches nordiques. Un gros RDV départemental. Fort de mon podium aux Saintes, je suis en pleine confiance et gonflé à bloc et je suis là pour faire un podium de catégorie au minimum.

Je me place donc aux avant-postes pour ne pas être piégé dans la masse. Nous sommes 190 inscrits seulement sur cette distance, assez peu je trouve, mais bon ….. Jamais 2 sans 3, après Toulouse, les Saintes, nouveau retard mais heureusement que de 10 minutes cette fois-ci. Allez cette fois-ci c’est la bonne et on part à toute jambes. Je décide de partir assez vite pour garder le contact le plus longtemps possible avec la tête de course. Après 1km et quelques parties de yo-yo, nous sommes un groupe d’une dizaine de coureurs (dont la 1ère féminine) en chasse des 3 premiers qui ont pris quelques longueurs d’avance. La première partie est « très » vallonnée et je compte sur les bosses pour prendre ma position et la tenir sur la 2ème partie. Tout se passe comme prévu mais dans une épingle je prends trop serré dans le talus et ma cheville droite se tord. Putain que ça fait mal !! J’essaie de faire quelques foulées mais mise à part à cloche-pied …. Même pas fait 2km ! Décidemment ces chevilles …… Je me fais déborder de toute part mais je me fais vite une raison, cela semble terminé pour moi ou en tout cas, c’est mal barré.

Oenotrail du Lunellois
Album : Oenotrail du Lunellois

6 images
Voir l'album
 

Peu importe, le principal c’est de retrouver un rythme correct qui sera synonyme d’une relative amélioration de ma cheville. Petit à petit je repars et les bosses ralentissant les coureurs cela me permet de ne pas perdre trop de terrain. Je ne me retourne pas mais personne ne me double étonnement. Au fil des kilomètres j’arrive à stopper l’hémorragie et maintien mon écart sur un petit groupe. La cheville est chaude donc ça tient, les appuis ne sont pas francs car si je ne pose pas mon pied sur une surface propre, une douleur survient immédiatement. Heureusement que ces derniers jours on a eu droit à la pluie, du coup le sol est plus souple. Pas beaucoup de bitume, c’est vraiment une course nature au premier sens du terme. On navigue entre campagne et vigne, pas mal de boue donc de belles portions de cross. J’ai repris un rythme voulu dès le départ, je suis juste en dessous des 15 de moyenne. Bien plus fort dans les bosses, je refais petit à petit mon retard et l’espoir d’un retour me gagne. Finalement je me lance dans une énième remontada et ce rôle de chasseur me réussit bien.

oenotrail tracé

Je sers les dents quand la cheville se fait sentir mais ça semble vouloir tenir jusqu’au bout. Demain sera une autre histoire lol. Chaque coureur devant moi est ma prochaine cible et devient mon objectif. Je gratte dans les côtes et me relâche dans les descentes en faisant très attention où je mets mes pieds car une autre torsion serait probablement fatale. En tout cas je prends un max de plaisir dans cette situation car je ne suis sûr de rien, je dois tenir ce rythme soutenu, je suis dans une bonne dynamique par rapport à mes adversaires mais toujours cette épée de damauclesse au dessus de moi. Passionnant pour un compétiteur. Et le parcours est vraiment très sympa. Je vais en terminer avec la première boucle, je profite d’une bosse pour prendre la tête du groupe – nous sommes 4 – et direction l’aire de départ. On entend le speaker encenser les coureurs du 10km, on passe juste à temps pour ne pas être gêné par le peloton. On part donc sur la 2° boucle, quasi plate. Les jambes sont là donc plus qu’à gérer désormais. On se retrouve à 2 et je reste derrière sagement. Je laisse passer les vagues de coureurs du 10, dur de ne pas les gêner dans les parties monotraces, mais on fait comme on peut.

oenotrail profil

Le coureur devant moi semble fort, il ne relâche pas son effort, ne faiblit pas, il semble facile. Ca va être intéressant sur la fin. Passé le 17°km je profite d’un faux-plat pour me porter à sa hauteur et prendre la température. 6km passé dans l’ombre il est temps que je me montre tout de même. Je m’aperçois que sa respiration est forcée donc il semble être dans le rouge. J’augmente l’allure sensiblement pour prendre le relais et l’inciter à me suivre. Je vois de suite qu’il ne le peut donc avant de repartir sur du plat j’en remets une belle, je pars pour 3km où il n’y a plus de calcul à faire. Je pense être bien classé mais avec cette mésaventure au tout début, j’avoue que je n’ai plus fais attention à ma place, mais avec le nombre de coureurs récupérés, il y a des chances que ça le fasse au final. Passage très sympa au 19°km lorsqu’on pénètre dans la cours d’un château, petit mais fort sympathique. Je commence à me retourner et sais que j’ai fait le trou nécessaire pour préserver ma place. J’en termine sans me relâcher et rattrape même 2 coureurs du 10 J. Je franchis la ligne d’arrivée après 1h30m et 10s pour parcourir ces 21.64km. Je me tourne de suite vers l’écran de contrôle : 6° et 4° V1, podium assuré. J’attends un petit moment pour avoir le détail et voir que je suis 1er V1 hors scratch. Grosse satisfaction même si ma cheville fera l’objet d’une grosse incertitude pour mon objectif de fin d’année à Montarnaud. Repos du coup.

Publié dans 21 à 41 km, Herault | Pas de Commentaire »

20° Sauta Roc (34)

Posté par mescourses le 4 mars 2018

Saint-Guilhem le Désert, le 18 février 2018

  • 26km 1100+
  • Départ 9h30

Première compétition pour les membres cévenols de la team running stones. Et pour marquer le coup, avec Jérôme et Denis, nous avons choisi la 20° édition de la Sauta Roc de St-Guilhem le Désert, un des plus beaux village de France.  Une grande classique de la région avec de la caillasse à gogo. Idéal pour tester ma cheville capricieuse, Denis pour se tester sur du plus long et plus de D+ et Jérôme en mode trans-aubrac. Une bonne sortie qui nous changera de nos terrains habituels. Aucune pression, aucun objectif, en entraînement en condition réelle. On part relativement tôt histoire de trouver de la place pour se garer car c’est une vraie galère sur place : 519 inscrits et très peu de place de parking, sinon faut faire 3km …. Donc pas de stress inutile, on part tôt.

sauta10

Arrivé sur place, dossard récupéré et vite dans la voiture au chaud car le soleil n’est pas encore bien présent et le vent est glacial ! Un bon café, reco des premiers mètres de la sortie du village et on se rend sous l’arche 5’ avant le départ. Denis en t-shirt (tout va bien, c’est Denis), GG avec sa doudoune et ses moufles, et moi entre les deux J. On se place vers le fond de la meute même si on sait que l’on risque de le regretter quand ça va se rétrécir. Une fois partis, un gros km pour faire un tour et étirer un minimum tout ce monde, puis retour dans les ruelles du village et on attaque l’ascension sur une magnifique calade avec passage au pied de ruines. Le rythme s’effondre et avec Denis on se faufile tranquillement.  Malgré la largeur limitée, on arrive à progresser. Je lâche Denis un petit peu avant de sortir de cette zone pavée. On attaque la caillasse, une super partie très ludique. On continue à grimper mine de rien.

Sauta Roc
Album : Sauta Roc
St-Guilhem le désert (34) 25km 1330+
8 images
Voir l'album
 

Le parcours est composé essentiellement de 3 montées, la première étant la plus longue. Un vrai régal pour l’instant ce tracé et je me demande pourquoi je ne suis pas venu la faire avant ! J’ai pris mon rythme de croisière, je grimpe bien, sans forcé, remonte des coureurs. Ce n’est pas trop technique pour l’instant, juste ce qu’il faut pour ne pas risquer de s’ennuyer. Après 2 gros km de montée, une petite partie de montagnes russes histoire de souffler un peu ou de relancer selon la forme des uns et des autres. Puis on repart pour 2 km de montée. Magnifique passage en crête avec une vue imprenable sur les collines environnantes. Mais il faut bien garder les yeux au sol tout de même car la corniche peut s’avérer dangereuse vu l’étroitesse du sentier.
Au km 7 on en termine enfin et on part pour une longue descente avec du faux-plat en apéro. Un petit 40+ sur 300m sert de piqure de rappel pour ce qui nous attendra un peu plus loin. Une longue descente sur une mono-trace somptueux nous emmène au ravito du km 13 (si mes souvenirs sont bons). Quelques centaines de mètres de répit et on attaque la 2° difficulté du parcours, 1.5km pour 170 +. En super forme, ça passe comme une lettre à la poste et je passe quelques coureurs de plus. Je ne force pas pour en garder pour l’ascension finale. Le travail de D+ de ces 3 derniers mois porte ses fruits. Puis une nouvelle portion +/- « plate » nous emmène vers une belle descente. Je mets le frein pour ma cheville et me fait rapidement doubler par 3 ou 4 coureurs. Une succession de lacets serrés avec de la caillasse à souhait qui m’allument les voyants. Je suis là pour bosser la montée et préserver ma cheville, donc pas de risque inutile.

sauta8
Ma difficulté passée, je vais pouvoir me faire plaisir dans la 3° montée, 2 km 280+, la plus part en marchant, je remonte ces coureurs en alternant marche et course. Sur la fin j’aperçois la 1° féminine, bien étonné de la rattraper ! Et là je me dis que l’on doit être bien placé au classement vu son très gros niveau. Du coup j’en remets une couche pour l’accrocher le plus vite possible. Je zappe le 2° et dernier ravito et revient sur elle au tout début de la descente. Par contre elle envoie du gros bois dès que ça bascule. On tient le rythme avec 2 autres coureurs. J’en oublie alors mes priorités et bien sûr la sentence tombe très rapidement. La cheville tourne bien comme il se doit et me cloue sur place. La grosse tuile ! Je reste quelques secondes à voir comment ça se passe, mais rien de très encourageant. De toute manière je ne vais pas rester planter là donc je repars tant bien que mal. 5km de descente, 25’ !!!! Le sentier est assez bon dans l’ensemble heureusement, mais dès que mon pied ne se pose pas à plat de suite c’est la grosse douleur. 11 coureurs m’ont passé, c’est comme ça …. Je finis sur le plat à l’entrée du village, la petite ruelle qui va bien avec son lot de spectateurs qui nous encouragent et je franchis la ligne en 2h40m24s. 25km 1330+ à ma montre. Et pour le classement … 85° lol finalement je me suis flingué la cheville pour rien lol, j’étais bien loin.

sauta4
Denis arrive quelques minutes après ! Super temps vu le profil du parcours, et Jérôme un peu plus tard dans son mode sortie longue Ultra trail !  On a encore passé un super moment , bien rigolé et bien couru. Place au repos avant de repartir de plus belle. RDV lors de la trans st-paulienne le 11 mars en Ardèche.

profil

tracé

 

 

Publié dans 21 à 41 km, Herault | Pas de Commentaire »

Sport et vignes (34)

Posté par mescourses le 25 juin 2017

Campagne, le 24 juin 2017

  • 10km
  • Départ 19h

PANO

Objectif du we, cette 2° édition Sport et Vignes de Campagne à côté de Sommières. Un petit footing de pré-compète la veille sur les 5k d’Alès et me voilà fin prêt pour en découdre dans la campagne. Pas beaucoup de monde comme prévu du fait de la chaleur entre-autre. Ciel voilé et vent font leur apparition pour notre plus grand bonheur, même si il fait quand même 31°. Echauffement sérieux pendant 30′ puis place sur la ligne.

campagne

Le 10km se fait aussi en relais, on part tous ensemble. 2 boucles distinctes de 5km, mi route mi chemin dans les vignes. La première est plate tandis que la seconde est vallonnée. Je choisis les mizuno ultima 8 (en espérant que les chemins soient propres) pour être plus performant sur le bitume. Départ lancé, ça fuse de tous les côtés bien sûr, je prends une grosse allure pour me sortir du paquet (dans les 10). Au bout d’un km, les cadors son déjà partis. Mon objectif est de faire minimum 4′ au kilo.

campagne

Première portion de chemin …. bon ben on est dans les vignes !! tout sauf un dfci propre, donc gaffe aux chevilles car je suis pas appareillé pour. J’essaie de ne pas baisser l’allure. Je fais ces premiers km en groupe de 4, allure linéaire, aucune difficulté comme prévu sur le profil. Au km 3 je prends les devants et en place une petite dans un faux-plat afin de garder la tête et prendre quelques mètres d’avance. Un km plus loin, dans les vignes, j’ai la bonne idée de me tordre la cheville sur ce terrain pourri. Pas vu le trou sous les herbes « hautes ». Quelques mètres en sautillant et je reprends la course en boitant, mis je pense que ça devrait aller car j’arrive à courir. J’espère surtout ne pas perdre mon avance et vite reprendre la cadence.

Sport et vignes 2017
Album : Sport et vignes 2017
Campagne, Hérault. 10km
4 images
Voir l'album
 

tableaux campagne

Faux-plat pour revenir au village, la cheville me laisse tranquille mais douloureuse à certains appuis. J’espère qu’il y aura moins de vignes dans la 2° boucle. Passage sur la ligne de départ. Un relais à mes côtés, un autre devant et un solo également. On sort du village par un sentier, propre celui là, ouf, je rattrape le coureur du 10 et un gars de l’organisation annonce le relais devant nous à la 3° place et nous 5 et 6. J’échange quelques mots et sachant qu’il ne peut aller plus vite, j’augmente l’allure: lui montrer que je suis « plus fort » et ne pas être sur un faux rythme. Je me sers du relayeur comme lièvre, 50m devant. Toute cette boucle est vallonnée et ce que perd dans les faux-plat j’essaie de le récupérer dans le descendant.

cardio campagne

km8 seule relative difficulté du parcours, une petite bosse sur chemin puis on bascule pour 2km. Petite partie trail pour s’amuser, mais avec la cheville…. Un solo est devant mais à notre vitesse je ne pourrai le rattraper (20″). Je finis en roue libre. 5° place scratch et 2° de catégorie h.s. Objectif réalisé, en 39’07″. Demain, donc, c’est récupe sur le 15km des traces de Deaux histoire de voir si le corps peut enchaîner, ce que je ne doute plus trop ;-)

Campagne4

Publié dans 10 à 20 km, Herault | Pas de Commentaire »

Marathon de Montpellier (34)

Posté par mescourses le 2 avril 2017

Montpellier, le 19 mars

  • 42.195km 100+
  • Départ 8h30

N’ayant pas pu faire ce marathon l’année dernière à cause d’une blessure, cette année j’espérais vraiment le faire, surtout que le parcours est, semble t-il, magnifique. C’est également l’occasion de faire une sortie longue 5 semaines avant mon objectif de l’année sur l’Aubrac. Comme à Salon, je partirai avec le meneur 3h30 et ferai le maximum pour rester avec le plus longtemps possible. Le but premier et de ne pas trop me fatiguer musculairement pour pouvoir enchaîner l’entraînement comme si de rien n’était la semaine suivante. Tactique payante à Salon donc je remets ça !

Vendredi, aller-retour au village marathon afin de prendre le dossard et d’être tranquille le matin même pour éviter la file d’attente au retrait. Du coup j’arrive une demi-heure avant le départ, juste le temps de m’échauffer un peu pour éviter tout problème. Placé dans mon sas, le départ est lancé ! La première partie se fera au nord-est de la ville vers Castelnau-le-Lez, environnement sympa, ce n’est pas les gros boulevards en ville comme je craignais donc c’est bien cool. Le rythme est bon, pas de souci, nous sommes un bon petit paquet à suivre la « petite » meneuse d’allure. Elle nous délivre quelques petits conseils, discutent avec certains.

Pour mon 3° marathon route, cette fois-ci je pars sans eau, je vais utiliser les ravitos placés tous les 5km, une première pour moi. L’occasion de savoir si je remettrai ça sur les prochains. C’est quand même bien plus agréable de courir léger plus de 3h ! Longue ligne droite un peu avant Castelnau, en bord de ligne de tram. Tout est arboré, à l’ombre, de nombreux encouragements, le cadre est bien sympa, le peloton est désormais étiré de tout son long. Après ce long passage, on bifurque direction Odysseum. Ce passage est fort sympathique et original, on court entre les boutiques, zone de relais d’ailleurs. Beaucoup de monde encore une fois c’est génial.

Après cet intermède shopping, désormais direction la mer !! A partir de Pérols, passage du semi, on a droit au vent de face. La meneuse d’allure commence à en subir les conséquences. Pas de problème sur le planning, on a une minute d’avance. Je surveille le rythme, on commence à baisser, 10s au kilo trop lent. Passage au ravito, glucose, eau et morceau de banane et c’est reparti ! Plus on se rapproche de la mer, plus le vent se fait ressentir. 23° km on passe à Carnon Plage, assez sympa de le faire en courant, on nous encourage encore et toujours ! Par contre le vent est terrible, les rafales font des dégâts. Nous sommes bien trop lents, 5’20 » au kilo eu lieu de 4’55 » !! Nous sommes 8 à être avec elle, mais au km25, avant Palavas, je décide de quitter le groupe. Je passe à 5’05 au kilo. Je pense pouvoir reprendre le rythme initialement prévu mais le vent est vraiment contraignant et je ne veux pas laisser toutes mes forces dans la bataille. Il me reste encore 17km.

arrivée

Dur passage entre met et étang du Grec ! On rentre sur Palavas un peu après le 27°km par le parc du levant que beaucoup d’entre nous connaissent je pense. Un site génial pour se balader le dimanche. De nombreuses familles sont sur place pour profiter du dimanche malgré le vent. En changeant de direction, on se protège du vent, on sort de la ville direction Lattes. On est entre 3 étangs mais bien protégé par les haies d’arbustes de chaque côté. Km34 on arrive sur Lattes. On continue sur la voie verte le long du Lez, c’est vraiment top, les paysages changent selon la zone où l’on se trouve. Depuis Palavas on se retrouve à courir à deux, on papotte bien, ça fait passer le temps. On ramasse de temps en temps quelques coureurs , et on se fait doubler par des relayeurs. Au km39 on est bien de retour en ville, on fait le tour du bassin Jacques Cœur, énormément de monde sur le site, et il me tarde le dernier ravito, besoin de glucose je pense. Au 40° on traverse le Lez et on file vers l’arrivée. Dernière petite « difficulté », la remontée sur l’esplanade de l’Europe et la ligne droite d’arrivée de 500m sous les encouragements des spectateurs. 3h33m55s , objectif atteint, je dévalise de boissons le ravito, jus de fruit sur jus de fruit !! Super parcours, un vrai régal pour les yeux, vraiment content d’avoir pu faire cette sortie longue. Je n’ai pas forcé (même si je n’ai pas voulu traîné non plus) pour vite m’en remettre car ça reste un entraînement pour l’Aubrac. 3 jours de repos et ça repart.

tracé montpellier

profil

Publié dans Herault, marathons | Pas de Commentaire »

12
 

MON GR20 EN SOLO |
bmx trott forum |
Les Feelingazelles |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | foot
| demetan75
| Les canimordus de la Manche