Marathon du Grésivaudan (38)

Posté par mescourses le 20 juin 2021

Le Versoud, le 13/06/2021

  • Marathon
  • Départ 8h00

17 mois après mon dernier dossard (Semi de la Grande Motte), me revoilà enfin sur une course, un soulagement pour nous tous. On l’a tellement attendu ! Et pour cette reprise quoi de mieux qu’un marathon !? Direction l’Isère, à côté de Grenoble. Déjà prévu l’année dernière, je vais enfin pouvoir assouvir ce désir. Beau soleil au programme, 30° degrés prévus pour les 4 distances : 10, semi et marathon, et l’après midi la Color Run 12km. Arrivé la veille, je prends possession du fameux sésame et petite balade pour repérer la zone de départ se situant sur l’aérodrome de Grenoble-Le Versoud.

Le jour J est arrivé ! Nous nous retrouvons sur le tarmac de l’aérodrome, départ commun semi et marathon. Sur la distance reine nous sommes 135 inscrits. J’ai fais une petite prépa express de 4 semaines suite à mon OFF en trail (44k 1200+) histoire d’avoir la caisse pour normalement tenir mon rythme habituel, soit sous les 3h30. Le départ est donné, 1200m à faire sur la piste avec le masque, puis une fois sorti, nous pouvons enfin nous en libérer. On ressent déjà la chaleur arriver, j’espère que le parcours sera largement ombragé. Les premiers km me servent  à chauffer la machine, trouver le rythme qui va bien. Après 3km et demi on part pour un petit moment à longer l’Isère. Le cadre est sympa, mais en plein soleil. Heureusement pour nous il est encore tôt du coup le soleil ne tape pas vraiment. Entre l’Isère à nos pieds et la neige visible sur les sommets, on se dit qu’on aura de quoi aller chercher la fraicheur psychologiquement le moment venu. Mais pour l’instant on se croirai sur la strade bianche ! Terrain type dfci ultra plat avec de belles lignes droites ou vue dégagée, parfait pour maintenir une allure de A à Z. Pour l’instant je suis à 4’58 au kilo, donc pile 3h30. Mais je sens bien que je n’aspire à guère mieux.

Marathon du Grésivaudan
Album : Marathon du Grésivaudan

10 images
Voir l'album
 

Les km défilent, nous avons tous notre rythme. Au Dixième, on retourne « dans les terres » et de l’autre côté du chemin je croise les premiers coureurs. J’ai sauté le premier ravito mais à présent je vais penser à m’hydrater et m’alimenter pour prévenir toute défaillance. Au 12ème je vide une fiole puis fais le plein pour la suite. C’est également le lieu de séparation d’avec le semi. Un coureur repris au ravitaillement revient à ma hauteur. On papote plusieurs minutes, moment bien sympa. Au passage du tiers, on récupère la digue de l’Isère, là où on l’avait laissé au 10°. Je garde un œil sur la montre et je m’aperçois que le rythme baisse légèrement. Du coup je m’y remets et lui fausse gentillemment compagnie. Désormais direction la banlieue de Grenoble. L’allure semble faiblir pour certains, je commence à récupérer des coureurs. Alternance de parties ombragées bien agréables.

Au km19.5 on enjambe l’Isère pour basculer de l’autre côté de la digue puis retour ! Pour l’instant tout va bien, je maintiens mon allure. Toujours ces parties plein soleil / ombragées le long du fleuve. Avec cette chaleur qui se fait désormais bien ressentir, je n’ai envie que d’une chose, piquer une tête !! N’étant qu’une grosse centaine, du coup les coureurs se font de plus en plus rares. J’en ai seulement que 2 ou 3 au loin en vu. Mon objectif est d’en rattraper le plus possible. Sans hausser le rythme j’y parviens, certains au train, d’autres car ils ont mis le clignotant. Les km défilent et je me sens de plus à plus à l’aise. Km 31, on en finit avec les bords de l’Isère, cela faisait maintenant 17km qu’on le longeait. Nous sommes à la hauteur du village de Domène (mon lieu dortoir). Encore 11k et je me demande à quel moment je vais augmenter l’allure, car je m’en sens capable mais je ne sais pas du tout combien de temps je tiendrai.

On contourne l’étang Bougie direction les lacs de Chartreuse, du Vercors, Taillefer et de Belledonne. Au km 35, on longe ce dernier sur une belle ligne droite de 1500m. De nouveaux coureurs en vu au loin J. Puis on bifurque vers la ville. 3 coureurs devant dont une féminine, assez loin, du coup je décide d’augmenter l’allure au km 37. Il me faudra 3 km pour boucher le trou, 3 km entre 4’30 et 4’40 au kilo. Je les rattrape les 2 »derniers » grâce à une bosse (passage sur un pont) et il me reste moins de 2km pour en finir. Je garde le rythme. On tourne dans un quartier de la ville histoire d’avoir la distance à l’arrivée. La flamme rouge, personne devant, personne derrière, je ne sais pas du tout quelle place je peux avoir mais le job a été fait : allure pour 3h30 puis accélérer et tenir dans les derniers km. Je franchis la ligne et reçois LA médaille incontournable de la distance !! Super reprise, satisfait, surtout avec cette chaleur non négligeable. Pas de résultat sur place, protocole sanitaire oblige, j’apprendrai le lendemain que je suis seulement 20° (sur 119). Très peu de coureur mais un bon petit niveau !! Retour au bercail et je vais regarder le calendrier pour les éventuelles prochaines épreuves. La vie reprend !

Laisser un commentaire

 

MON GR20 EN SOLO |
bmx trott forum |
Les Feelingazelles |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | foot
| demetan75
| Les canimordus de la Manche