Otour de la Carbonnière (30)

Posté par mescourses le 9 novembre 2019

St-Laurent d’Aigouze, le 3 novembre

  • 14.2km
  • Départ 10h

Après ma course concluante d’Aubais il y a 15 jours, je me présente aux portes de la Camargue à St-Laurent d’Aigouze pour une nouvelle séance de vitesse en « condition réelle ». Rien de telle qu’une compétition pour se tester. J’ai pu tenir sans trop de difficulté les 10km et 110+ d’Aubais en 4’10 » au kilo, et cette fois-ci je monte d’un cran : un peu plus de 14k au programme mais sans dénivelé. Seules les conditions météo seront un point d’interrogation pour le bon déroulement de ma séance. Une nouvelle fois, cela sera également l’occasion de découvrir une nouvelle épreuve. Cette semaine j’ai pu faire 2 séances avec ma chienne et j’ai pu caser ma séance de vélo hier matin : 47k dans la campagne alésienne pour tourner les jambes (550+) entre les gouttes. J’arrive à 9h sur place et c’est le moment où tombe une grosse averse histoire d’être tremper en allant chercher le dossard.

Une fois que tout est préparé, j’attends le dernier moment pour aller m’échauffer. Une grosse demi-heure de prévue, avec du grand classique : 20’ d’échauffement, pas-chassés, montées de genoux, talons-fesses et 4 accélérations. Retour à la voiture pour me changer, la météo s’est considérablement améliorée, il ne pleut plus et à la vue du ciel, on devrait être tranquille de ce côté-là. De retour sur la zone de départ, aux arènes, j’apprends qu’il y a 15’ de retard, du coup je retourne tourner les jambes. Désormais, tout le monde est fin-prêt, sous l’arche. Au programme, un relais avec départ commun. Placé en 3° ligne, je fais l’extérieur immédiatement pour éviter tout problème une fois que le pétard nous a donné le feu-vert. On contourne les arènes et on s’éloigne de suite du centre-ville à travers une ruelle relativement étroite. Comme toujours, le rythme est trompeur et la majeure partie d’entre nous partions plus vite. Assez vite, les places se figent. Je prends mon rythme de croisière et partage ces premières foulées avec 4 autres coureurs. Quasiment 3 km de ligne droite, ils paraissent interminables. Heureusement que c’est au tout début …

Tracé

Je ne tiens pas l’allure imposée par certains, 3 coureurs prennent mètre par mètre. Peu m’importe, je reste sur mon 4 »10 au kilo. Je ne me sens pas capable de pouvoir faire mieux, donc pour éviter de tout risquer ….. Longue, très longue partie sur ce chemin. Aucune difficulté bien sûr, c’est ultra plat comme prévu ; il faut juste que je me méfie de ces grosses flaques de boue, les éviter car on ne peut savoir ce qui s’y cache … Passé le km4, on bifurque pour enfin couper cette ligne continue, et ce n’est pas plus mal ! On récupère le bitume pour une foulée encore plus sécurisée. 1 km plus loin, ravito, que je saute. J’aperçois la tour Carbonnière, site très sympa, une idée pour y revenir balader. Sur cette nouvelle ligne droite, je croise un premier concurrent, le leader de la course j’imagine, puis un d’autres se succèdent. J’arrive au pied de la tour, lieu du passage de relais. Je suis annoncé 17ème par un enfant. A prendre avec des pincettes, mais il y a des relais donc ça peut-être très intéressant ! Demi tour et c’est reparti de plus belle. Je repasse devant le ravito

Je continue sur le bitume, la distance me séparant des coureurs qui me précèdent se maintient depuis quelques minutes. Tous les voyants sont au vert pour ma part, je tiens l’allure depuis le début sans difficulté, donc si devant ça faiblit ….. Les km défilent, on va rentrer dans le money time. Je me suis rapproché un petit peu. On en finit avec le goudron et me voilà sur un sentier étroit et bien boueux. C’est ici que je dois refaire mon retard pour garder des chances dans le dernier km. Je force pour maintenir mes 4’10 au kilo. C’est vrai que ce terrain est délicat et je vois rapidement que devant ça subit. Je récupère et laisse sur place un V2 (probablement) et à la sortie de ce sentier je suis donc revenu sur ce petit groupe. 2 coureurs justes devant moi puis un plus loin qui me semble intouchable. Intercalé, un adversaire alterne marche et course, mais il s’agit d’un relayeur. Après avoir « soufflé » un peu derrière tout le monde je suis prêt pour en découdre dans ce dernier km. La tactique est toute trouvée : je reste derrière, un pétard mouillé à 500m et un sprint à 100m en partant de l’arrière. Un coureur va rendre les armes à cause d’un point de côté semble t-il, c’était le plus éloigné. Je profite pour lancer la première attaque en le doublant : le pétard mouillé ; comment faire croire à l’adversaire que je n’aurai pas les jambes : le laisser repasser devant juste après. Ils sont cuits à point. Dernier virage, l’arche apparaît de suite, je ne me pose pas de question je lance le sprint, le premier ne réagit pas et le 2° sentant que j’y vais allonge le pas mais ne peut rivaliser. Je franchis la ligne en 59’02 pour ces 14.3km.

En regardant l’écran de contrôle je vois que je termine 10° au scratch et 5° de ma catégorie. Aucun V1 dans les 3 premiers, du coup pas de podium, mais ce n’était pas prévu, loin de là ! Super content d’avoir pu tenir une telle allure sans entraînement, 4’08 au kilo, ça revient petit à petit. 2 jours de repos et ça repart ! Prochaine compète peut-être le 17/11 pour les foulées de Bellegarde ou bien le 24 pour le 10° jurassic trail et ses 17km 500+. On verra.

 

Laisser un commentaire

 

MON GR20 EN SOLO |
bmx trott forum |
Les Feelingazelles |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | foot
| demetan75
| Les canimordus de la Manche