La nantaise, hospitaliers (12)

Posté par mescourses le 11 novembre 2013

Nant, le 2 novembre 2013

  • Festival des hospitaliers
  • 14.5km 460+
  • Départ 14h15m

Me voici de retour à Nant pour le festival des hospitaliers et la 2° édition de la Nantaise. C’est mon objectif de 2013, le résultat d’une année de travail. La forme est là, les voyants sont au vert. Une montée – une descente, 460+, mon type de course de prédilection. Seul petit hic pour moi, l’interminable faux-plat pour rallier l’arrivée, 3 km le long de la Dourbie !! Une bonne occasion pour vérifier ma progression. L’année dernière un peu plus d’1h19m. Nous sommes 3 du SMAC avec Florence et Fabrice (alignés sur le 29km) et 4 du CTC, avec Romain et Fréd sur le 29 et Freddy sur l’Ultra. Première course si longue pour Florence, courage, ça va le faire !!

La nantaise, hospitaliers (12) dans 10 à 20 km l-hospitalier-2013-003

La météo est avec nous, quelques éclaircies même !! Après avoir les avoir encouragé et suivi sur leur départ, c’est notre tour! 400 environ au départ (alors que les inscriptions étaient closes, donc 500 ….). Je me place aux avant-postes. Objectif TOP 30.  Et c’est parti!! Je prends le bon wagon et le bon rythme sans trop m’enflammer car avec l’ascension, mieux vaut pas se cramer d’entrée. Désormais je ne compte plus trop sur le fait que certains coureurs partent trop vite pour gratter des places, car à chaque fois c’est une désillusion. Il faut que je me batte avec moi même pour garder un bon rythme en côte. Je veux éviter d’être lâcher au sommet, car je mise tout sur la descente.

Après ces 500 me plat pour étirer le peloton, la pente commence à se durcir. Je prends la tête d’une petite colonne. Le premier km et demi de montée passe bien. J’appuie ensuite quand le % s’élève un peu plus. Je pars « en solitaire » et récupère petit à petit quelques coureurs. Au 3°km, une petite zone de descente tout en monotrace histoire se souffler un peu. Puis on rentre dans le dur, 210+ en moins de 2km. Je lâche rien, je marche dans les moments durs, recolle dès que je relance. Pour une fois, personne ne me reprend dans une côte. Sur la dernière partie d’ascension je lâche prise sur les 3 coureurs en point de mire. Je passe au sommet, sur le Causse Bego,  je sais que je suis dans les 30. Le plus dur est passé.

nant dans Aveyron

Le sommet vallonné permet de relancer la machine, faut en avoir gardé sous les pieds. A défaut de revenir, je ne perds pas de terrain, mais les 3 sont relativement loin. Au km 6.1 on bascule sur la descente. 4 km de descente à fond. J’envoie tout ce que j’ai, premièrement pour éviter/limiter les retours éventuels et dans l’espoir de revenir sur des coureurs. Mise à part une toute petite partie au début, tout se fait en monotrace, en sous-bois ou légèrement dégagé. Le cadre est somptueux, les couleurs automnales sont maître des lieux. La grosse difficulté se trouve sous nos pieds. Pas tant la technicité du sentier mais par le fait qu’il est recouvert par un tapis de feuille. Ca glisse fortement par moment, mais surtout on ne sait pas où on met les pieds! PIEGEUX.

Et ce qui devait arriver, arriva. Dans la partie en lacets, magnifique chute dans une piscine de feuilles, un finish en glissade sur 3 mètres digne des plus grands. Les genoux et les coudes tapent durement, de suite dans la tête je pense à la peur de l’abandon !! Il me faudra un petit peu de temps pour pouvoir recourir normalement, le genoux gauche à morfler. Mais je ne veux pas perdre tout le bénéfice de ce début de descente. Quelques centaines de mètres me seront nécessaires pour reprendre mon rythme. Personne n’est revenu sur moi, bonne nouvelle. Je reprend ma marche en avant.

Je récupère 2 coureurs, les passe et prends le large immédiatement. Ca booste un peu plus le moral,  et rapidement 2 autres coureurs en point de mire. Le premier « saute » de suite, le second est un poil plus loin. Je le rattrape sur la fin de la descente, le double mais sans le lâcher. On récupère le lit de la Dourbie. Maintenant place au faux-plat de 3km. Comme prévu, dur moment pour moi. J’invite le coureur à me passer pour ne pas le ralentir. Il a plus de jus pour finir. Une petite « bosse » finit par me couper les jambes. Je sais que maintenant c’est du plat mise à part l’arrivée, donc j’essaie de tenir un petit rythme de croisière surtout pour éviter le retour de coureurs pris dans la descente. Cette partie est longue et interminable. On longe la Dourbie sur un terrain mou le plus souvent, heureusement que cette portion zigzague un peu pour casser la monotonie !

 hospitaliers-6

J’entends revenir derrière, je me retourne, 2 coureurs! On retrouve la civilisation. On passe le pont à l’entrée du village, la foule est présente à cet endroit et leurs encouragements font plaisir!!! Les poursuivants sont juste derrière. Il me reste que 500m à tenir, hors de question de perdre 2 places. Il reste la dernière bosse à franchir, courte mais raide surtout après 14km de vitesse dans les jambes. Je pensais qu’ils me doubleraient sur le pont, mais rien. Je lâche tout ce que j’ai dans la pente et sans me retourner j’accélère en rentrant dans la zone d’arrivée. Et j’en finis !!! 1h14m35s, 5 minutes de moins que 2012 ! Et une 22° place au scratch sur 395! Je n’ai pas raté mon RDV cette fois-ci.

trace-nantaise

Et la cerise sur le gâteau est le super résultat de Romain (95° en 3h40) et de Florence qui a pris son pied sur ce parcours et en redemande !!!! Freddy aussi sur l’Ultra en 11h32m a réussi!! BRAVO à vous tous !!

Désormais, repos, coupure 1 grosse semaine, puis je tournerai les jambes avant de reprendre l’entraînement vitesse à partir du 18/11. Retour à la compète prévue le 1° décembre sur l’Oenotrail du lunellois.

Laisser un commentaire

 

MON GR20 EN SOLO |
bmx trott forum |
Les Feelingazelles |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | foot
| demetan75
| Les canimordus de la Manche